Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

jeudi 30 juillet 2015

Pour les "croqueurs de mots", sur le thème de la mer, un acrostiche, d’après « Bateau » / Franca akrostiko


                         Brumes voluptueuses de nos

 Amours-tempêtes,

 Témoins voilés de tes sourires irisés…

 Exaltation du goéland survolant le quai,

 Amer guidant la proue,

 Usurpation naturelle de la mer en floraison ...


Loïc, mai 2002

Esperanto : Tiu texto ne tradukebla estas, cxar estas akrostiko :
Cxia lineo komecigxas per la unua letero de la vorto "bateau" (boato).

lundi 27 juillet 2015

Pour les "croqueurs de mots" : Combien, combien encore ? / Por "Krokizantoj de vortoj" : Kiom, kiom pli?

Combien, combien encore…

Bien placé, aux premières loges, en Finistère,
Aux bonnes places, pour assister
Aux désastres, aux naufrages
Des pêcheurs, des marins de la Royale, des matelots du commerce.
Type du bateau, cargaison… ?
Tout le monde ne s’en fout pas, non !
Pas l’armateur, qui n’était pas présent.
Ni le capitaine, qui a fui son navire,
Ni la famille du naufragé, non.
 
SNSM
Société Nationale des Sauveteurs en Mer
HSB
Hospitaliers Sauveteurs Bretons, c’était mieux.
La SNSM sauve d’abord l’homme,
Puis l’embarcation, car elle sera dangereuse pour la navigation.
« La mer n’est pas méchante »,
A dit Jacqueline Tabarly,
en guise de consolation.
On a répandu ses cendres en mer,
Mais pas celui de milliers d’autres.
À Ouessant, les croix de Proella
Tentent de faire le deuil du péri en mer.
Mais là aussi les décors des bars
sont faits des étagères des cabines ;
Injure à la mémoire ?
Pas dans la culture maritime.
Décombres macabres
Des corps engloutis
 Retrouvés défigurés,
Vandalisés, violés,
Roches, crabes…
Décompte de celui des naufrages
Qui aura fait le plus de victimes.
Comme pour les accidents,
Les attentats, les génocides,
« Celui qui en a le plus est le plus important »,
Cela devient un jeu, les pauvres autres sont oubliés.
Décompte… Et ce bar d’Ouessant où s’affiche la carte
des « naufrages autour de l’île »…
J’en ai vu si peu, mais honte,
à vomir, on ne s’en remettra jamais.
Pleure, plains-toi, révolte-toi,
Manifestations, ce n’était pas écrit, ce n’est pas le destin !
Enfin, la création du rail d’Ouessant.
J’en ai vu si peu !
Olympic Bravery,
Amoco-Cadiz,
Erika ...
à Portsall, la plaque commémorative du naufrage de l'Amoco Cadiz

Ancre de l'Amoco Cadiz




J’ai vu Éric, qui entrait au port
de Bénodet, trois jours avant de
« faire son trou dans l’eau ».
Oceano Nox … (voir ici
« combien de marins, combien de capitaines… »
– Combien, combien de…
Est-ce donc si important, « combien » ?

ESPERANTO : 


Por "Krokizantoj de vortoj" Kiom, kiom pli?

Kiom, kiom pli ...

Bone metitaj, unua mano, en Finistère,
Gxustaloke, ĉeesti
Katastrofoj, vrakoj
Fiŝistoj, maristoj de la Reĝa, komercmaristoj .
Tipo de ŝipo, kargo ...?
Ĉiu ne fajfas, ne!
Ne la mastro, kiu ne ĉeestis.
Nek la kapitano, kiu fuĝis sian ŝipon,
Nek la familion de la dronita, ne.
 
SNSM
Nacia Socio de Salvamento ĉe Maro
HSB
Savantoj hospitalaj Britonaj, ĝi estis pli bona.
SNSM unua ŝparas viro,
Tiam la boato, ĉar ĝi estos danĝera por la navigacio.
"La maro ne estas malbona"
Diris Jacqueline Tabarly,
kiel konsolo.
Lia cindro estis disvastigitaj sur maro,
Sed ne miloj.
Ĉe Ouessant, la krucoj de Proella
Provante ekfunebros la pereintaj sur maro.
Sed denove la aroj de stangoj
bretoj estas faritaj el la kabanoj;
Insulto al la memoro?
Ne en mara kulturo.
Skombroj macabra
Korpoj glutita
 Trovita malbeligita,
Vandaligitaj, perfortitaj,
Rokoj, kraboj ...
Unu kalkulo de vrakoj
Kiu faris la plej viktimoj.
Kiel por akcidentoj,
La atakoj, genocidoj,
"Kiu ajn havas la plej estas la plej grava"
Ĝi fariĝas ludo, la alia malriĉa forgesiĝas.
Grafo ... Kaj tiu trinkejo Ouessant kie la karto montras
la "vrakoj ĉirkaŭ la insulo ..."
Mi vidis tiom malmulte, sed honto,
vómitos, ĝi neniam rekuperis.
Vi kriu, plendu,ribelu
Eventoj, ne estis priskribitaj, ne estas destino!
Fine, la kreo de Ouessant relo.
Mi vidis tiom malmulte!
Olympic Bravery,
Amoco Cadiz,
Erika ...
Portsall, la memorigo plako de la sinko de la Amoco Cadiz

Ankro de la Amoco Cadiz













Mi vidis Eric alvenanta al haveno
Bénodet, tri tagoj antaŭ
"Fari truon en la akvo."
Oceano Nox ... ( vidu ĉi tie
"Kiom da maristoj, kiom da sxipestroj ..."
- Kiel, kiel ...
Ĉu tiel grava, "kiom"?

dimanche 26 juillet 2015

Rencontre avec Alexandre Séon, au musée des Beaux-Arts de Quimper

L'"écume des mots", atelier d'écriture en chair et en os, nous faisons régulièrement des sorties-découverte, qui nous inspirent grâce à des consignes et des voies d'inspiration.
Cette fois : Rencontre avec Alexandre Séon, au musée des Beaux-Arts de Quimper.
Nous devons évoquer ce que nous inspire ce portrait, 
qui est celui de notre oncle, 
 jamais vu jusqu'alors ...
..................................................

Mon oncle.
Ton oncle, quand tu le verras, tu tomberas des nues ! Nous l’avons d’ailleurs invité pour te le présenter.

Depuis mon enfance, sa compagne, Tatie, m’a fait découvrir les œuvres de ses loisirs : un superbe circuit de chemin de fer miniature qui couvre le sol de la chambre d’enfant, vide. Belle reproduction du premier transsibérien , ses aiguillages, ses voitures enneigées, les voyageurs qui montrent leur bout du nez hors de la fenêtre, dans l’air glacial. Ce circuit occupe tous ses moments libres, au point d’oublier régulièrement ses obligations « bassement terre-à-terre ».

Il est horloger-bijoutier, et en présente les outils, la précision, la minutie, la patience, et l’exigence du travail bien fait. Un authentique modèle vivant, un exemple de mode de vie.

Mais le voici soudain, entrant en coup de vent. Il est aux antipodes de l’homme que j’imaginais : Il n’a rien du petit homme frêle, les lunettes rondes sur le nez, la loupe à l’œil. Grand, solide gaillard dont la grande blouse de travail m’impressionne, mon gentil oncle, c’est Raspoutine … Ah ! quand l’imagination vous joue des tours …

Mais le prénom de mon oncle est, tout bonnement, Pierre. On ne m’a jamais dit que c’était Joséphin, un certain fondateur d’un certain mouvement ou religion Rose-Croix. Je n’y comprends rien, les petits trains, ou les messes occultes ? après tout, pourquoi pas ? avec tout de même de l'organisation : pas les deux simultanément, cela ferait désordre, non ?

Joséphin Raspoutine, ça allait bien ensemble, pourtant.

Patatras.


Loïc

ESPERANTO : 

Kunveno kun Alexandre Seon, la Museum of Fine Arts en Quimper

La "ŝaŭmo de vortoj," skriblaborejon , ni regule malkovras de eligoj, 
kiuj inspiras nin per instrukcioj kaj inspira manieroj.
Tiu tempo: Kunveno kun Alexandre Seon, en la Museum of Fine Arts en Quimper.
Ni devas diskuti, kion inspiras nin tiu portreto, 
kiu estas tiu de nia onklo, 
 neniam vidita antaŭe ...
..................................................

Mia onklo.
Via onklo, kiam vi vidos lin, vi falos el la cielo ! Ni ankaŭ invitis por prezenti al vi.

Ekde infanaĝo, lia kunulo, onklinon, enkondukis min al la verkoj de siaj hobioj: bela modelo fervojo cirkvito kovranta la plankon de la infana ĉambro, malplena. Bela reprodukto de la unua Trans-Siberian, lia ŝaltiloj, neĝa aŭto, pasaĝeroj, kiuj montras ilian nazon el la fenestro, en la glacia aero. Tiu cirkvito tenas sian tutan liberan tempon al la punkto de forgesante sian regulaj devoj "malsupren-al-tero."

Estas horloĝisto kaj juvelisto, kaj prezentas la iloj, precizeco, solideco, pacienco, kaj la postulo por laboro bone farita. Aŭtentika vivanta modelo, ekzemplo de vivstilo.

Sed ĉi tie subite enirante ventego. Estas homa ne laux mi imagis: Ĝi havas nenion nefortikan vireton, rondaj okulvitroj sur la lupeo por la okulo. La vasta kitelo impresas min, mia dolĉa onklo estas Rasputin ... Ha! kiam imagpovo trompi sur vi ...

Sed la nomo de mia onklo estas, simple, Petro. Mi neniam diris ke estis Joséphin, fondinto de religia movado aŭ Rosicrucians. Mi ne komprenas, malgrandaj trajnoj, aŭ la occultaj masoj? post ĉio, kial ne? kun ĉiuj samaj organizo: ne ambaŭ, kiu volus salaton, dekstra?

Joséphin Rasputin, ĝi iris bone kune, kvankam.

Patatras.

Loïc

lundi 20 juillet 2015

Que se passe-t-il à Hondarribia ?

"Fontarrabie est une commune du Guipuscoa dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne située à la frontière française sur la rive gauche de l'estuaire de la Bidassoa, en face d'Hendaye, avec Irun, Pasaia et Lezo pour voisins." 

Ce qui  m'intéresse a priori, dans cet article de Wikipedia, est ceci : en Français Fontarrabie, en espagnol Fuenterrabía ("fond sableux"), en basque Hondarribia. Les Basques (espagnols ou français ? non, les Basques !) ont en effet décidé, assez récemment, de restituer à cette commune son nom originel. J'y suis sensible à titre de Breton (même non bretonnant), car chez moi aussi on a "traduit" jadis certains noms en français, souvent de façon assez loufoque ! un exemple : Le nom breton "Kroazhent" signifie un carrefour; on a cru bon de le traduire par "croissant" (au beurre ?). Si encore on avait pensé à "croisement", ou (mieux ?) "Croix ... suivi du nom du lieu-dit", cela aurait été plus correct.
Mais les technocrates sont là pour l'être, pour ne pas savoir écouter les avis des "autochtones indigènes" ! On passe, on décide, on est un rouleau compresseur des cultures régionales.
Alors, les gens du coin (les "imbéciles qui sont nés quelque part" ?) s'accrochent, se démènent, mais ... "La langue de la République française est le français", dit la sacro-sainte Constitution. La France est un des derniers pays européens à ne pas avoir signé la Charte des langues et cultures régionales.

Tout ceci pour me demander : "Mais que fait cet homme ?". Je l'ai aperçu, juste avant de déclencher une prise de vue, et j'ai attendu, pressentant un "truc à faire". Oui, même en voyage, j'ai mon blog en tête !


Le visage de cette personne est flouté (respect du droit à l'image)
Et cela commence à vagabonder dans ma tête, à imaginer, à fantasmer ... Cet homme, manifestement, se cache. Il fuit, comme son regard. Peur ? non. Mais l'inquiétude de celui qui ne veut pas, dans cette petite ville, être reconnu. Il fait sans doute partie, certainement même, d'un de ces groupes politiques indépendantistes ou pour le moins autonomistes, qui désirent peut-être "continuer la lutte", ne pas déposer les armes. Il est de ce peuple fier, qui veut rester debout. Et il va là participer, dans une maison discrète (juste plus haut que le restaurant) à une de leurs rencontres. 
Soudain, il s'approche de moi ! L'air menaçant, il m'adresse la parole, en grognant. Il parle basque, le basque que l'on entend en grande majorité ici. Avec les quelques mots que je connais en espagnol, je lui explique ce que je fais là, montrant les maisons, mon appareil-photos ... 
Il me répond brièvement... en français (il déteste certainement la langue de "l'occupant"), me fait comprendre que "c'est bon, mais passez votre chemin".
Je ne demande pas mon reste, et descends cette rue, infréquentable !
Ma curiosité est la plus forte : Je jette un regard en arrière. Il s'est effectivement glissé dans la maison. Il faut que je m'éloigne, pour ne pas passer pour un espion.
Des cris de joie, des rires, se font entendre tout à coup. Puis des bruits d'embrassades, des paroles qui se passent  de traduction ... Dulcinée !
................................................. 






 

samedi 18 juillet 2015

Du bruit dans Landerneau : Une exposition internationale !

 Une belle visite, des découvertes, des oeuvres qui nous "parlent", nous émeuvent au plus profond de nous, sans pouvoir (ni vouloir) l'expliquer : Pas d'explication, l'émotion et le plaisir, tout simplement.

Une exposition unique internationale, dans cette petite ville de Landerneau, au Fonds Hélène/Edouard Leclerc (oui, "l'épicier de landerneau" !)
 ....................................................
Artiste majeur du XXe siècle, Alberto Giacometti (1901-1966) a produit une oeuvre à dimension universelle, dans l'espace mythique de son atelier de Montparnasse à Paris.
    • Résultat d'un travail de recherche dans les collections et les archives de la Fondation Giacometti et d'une nouvelle campagne de restauration, cette exposition inédite a été conçue spécifiquement pour l'espace du Fonds Hélène & Édouard Leclerc.
      Des œuvres de la période pré-surréaliste et surréaliste à celles de la maturité centrées sur la figure, elle propose une relecture originale d'une trajectoire artistique sans équivalent. A la fois chronologique et thématique, le parcours présente les grands axes du travail à travers des œuvres iconiques de chacune des périodes, mais aussi des travaux inédits ou rarement exposés. Une évocation de l'atelier est proposée au centre de l'exposition.

mardi 14 juillet 2015

La mer, éternelle ...

Pour les Croqueurs de mots, sur le thème de la mer :
Une surprenante découverte sur le site de l'INA :
Notre Eddy Mitchell national chante "La mer", de notre non moins national Charles Trenet ! Nous sommes le 9 décembre 1963 ....
Et cela dans un style tout à fait sixties, bien balançant : On le reconnaît à peine !
En tous cas, bien agréable à écouter, dites donc. Et surtout : Toute la poésie de cette merveilleuse chanson est respectée ...

dimanche 12 juillet 2015

Une excellente initiative


Voici Sarlat, cette belle ville du Périgord, que nous avons eu un grand plaisir à (re)découvrir. Beaucoup de jolis coins non encore connus, et nous avons, particulièrement, retenu l'initiative de la "boîte à lire", nommée ailleurs le "passe-livre" (à la différence que le passe-livre suggère de laisser "son" livre (qui du même coup n'appartient plus à personne) n'importe où, à disposition de tout passant : 
Excellent !
(à vous, ensuite, de remplacer - ou pas - le livre par un autre que vous désirez faire connaître)
Cette action s'appelle le "bookcrossing" outre-Manche.

 Notre album-photos de SARLAT, ICI

samedi 11 juillet 2015

Pour la communauté des croqueurs de mots : « Vierge des mers ». Ou « les îles », version décalée.


 Vierge des mers, pourquoi ?

Tous les marins du monde

s’y retrouvent ! Alors…

Trois mois de navigation,

trois mois à terre. On s’occupe …

Mais est-ce bien une terre, Ouessant ?

Un bateau, des retraités, au bord de l’eau,

Ils pêchent, l’eau leur manque,

 Ils y ont passé leur vie.

Une terre ? Oui, pour les « doryphores »,

Les touristes, les envahisseurs,

Et aussi pour les quelques fonctionnaires

Qui persistent -pas le choix- à y demeurer :

Employés de mairie, etc.

Etc… ? Lesquels ? Ah oui ! l’instit.

Balancé là… Pas à se plaindre :

Il avait postulé –premier poste- pour la circonscription « Brest 5 »,

Ouessant en fait partie. Perdu !

Enez Eussa, mauvaise pioche,

Têtes de pioche, ces enfants-rois,

« Avenirs de l’île »,

Passés vite fait sur le continent, tu parles !

Tout va bien, c’est l’été indien du coin :

La côte carte postale,

Les phares, les balises,

Oh-que-c’est-beau-magnifique-Bretagne,

Photos, balades en mer, horizon-torticolis…

Octobre : plus un chat.

Pluie. Ennui. Pluie. Vent. Ce vent …

Le vélo n’avance pas.

Tour de l’île, encore un puis un autre.

Le cinéma a fermé, restent les bistros.

Anxieuse attente du samedi :

Mer trop forte, pas de bateau.

Rempile pour la semaine prochaine … Même pas sûr.

Longues soirées solitaires

à la maison Jeanne d’Arc, « logement de fonction » sinistre.

Franco agonise, sans fin,

Qu’il en chie.

Premier anniversaire de Giscard,

Qu’ils en chient.

Autres mondes. Moral en berne, les abysses.

Vierge des mers,

 Mon cul.

Loïc

jeudi 9 juillet 2015

Pour celles et ceux qui sont des inconditionnels d'Aragon ...

La SALAET propose le spectacle créé l'an dernier à Quimper 
"Brocéliande et autres poèmes"
le 18 juillet à 18h à Ty-Théâtre (près de Quimper)
et le 22 juillet à la chapelle de la Ville-close, à Concarneau.

Le site de la SALAET : ICI 

mercredi 8 juillet 2015

Une question, provenant de la "salle des machines"

Bonjour, j'ai une question, provenant d'un bloggueur qui voudrait bien poster un commentaire à la suite d'une de mes publications.
Au moment de cliquer pour valider le commentaire, apparaît une pub (toujours la même), voir le copie d'écran ici :





Vu mes connaissances informatiques ... Help ! comment corriger cela ? j'ai déjà conseillé l'installation de adblock, mais la personne l'a déjà ... et c'est la première fois que cela arrive.
Pour ne pas encombrer ou déranger, prière de me répondre sur "pour nous contacter, dans la rubrique de la colonne de gauche. Et merci d'avance, car je compte sur vous !
LOIC

Pour la communauté des croqueurs de mots : Oiseaux de mer, dans la réserve du Cap-Sizun.



 
 Qui se plaignait – osait se plaindre ! – il y a peu, des cris des mouettes ? de ces pauvres et jolis oiseaux qui expriment tout simplement leur bonheur et leur joie de vivre ? Bon, leur fringale aussi, je vous l’accorde !
Je vous rassure : cela n'est rien. Allez vous promener au nord de la presqu'île du Cap-Sizun, près de la Pointe du Raz, en un lieu nommé « Réserve naturelle du Cap-Sizun » : Non, ce n'est plus un cap, c'est une péninsule–capharnaüm, un enfer… de bruit ! Mais seulement de bruit, de cris de toutes sortes. Car, en fait, soyons sérieux, c'est un vrai paradis, une étape de salut, un lieu de protection, adopté à vie par tous ces oiseaux en danger. Ici ils peuvent se reposer après les migrations, et faire perdurer l'espèce.
Munissez-vous de bonnes chaussures, de patience, mettez-vous bien dans le crâne la règle d'or du silence. Silence, car tous risquent de s’envoler de leurs refuges dans la roche, pour disparaître et ne plus jamais revenir. « Dommage » (pas pour la photo, mais pour leur tranquillité). Quand on y est, on se poste (les jumelles sont les bienvenues), on se tait, on profite, on jouit de ce spectacle ... Mouettes tridactyles, goélands bruns, fulmars, hérons, guillemots, fous de Bassan, cormorans huppés, aigrettes… Plusieurs milliers !
L'aigrette, une autre espèce (à protéger ?), un drôle d'oiseau, lui, qui a repris son service de Bénodet aux îles, chargé de visiteurs. Pas la même beauté… et le bruit des moteurs couvre même parfois ceux des mouettes et des touristes !

 La réserve naturelle du Cap-Sizun : ICI