Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

lundi 25 juillet 2016

Merveilleux "attrape-feu"

Rencontre avec Alain Rey

Bonjour,
Annie et moi avons pris part hier à une belle rencontre avec Alain Rey, sur le thème de "l'attrape-feu" (mot créé par cet auteur).
Cette rencontre se tenait dans le cadre des rencontres des 13 dimanches, à l"Ecole des filles d'Huelgoat. Passionnantes, la visite guidée de l'exposition de peinture, puis la conférence vivante, pleine d'humour, de l'écrivain ... Je vous conseille ces rencontres, qui font revivre une école née en 1910, fermée en 1990 ...
Le programme :



Attraper, saisir, apprivoiser le feu qui anime toutes choses, et que l’artiste sait faire surgir et entretenir, telle est l’aventure de Françoise Livinec. Alain Rey, en proposant ce mot composé, attrape-feu, a voulu célébrer la lumière intérieure, la chaleur, le magnétisme que les artistes, plus que tous autres, révèlent dans leurs œuvres et transmettent pour éclairer, réchauffer, animer. Dans ce lieu magique d’Huelgoat, des peintres venus des extrêmes du monde (extrême-occident, où nous sommes ; extrême orient, en dialogue) offrent ce feu attrapé.
Alain Rey commentera cet itinéraire du feu, des mythes antiques et de la naissance de l’art au geste artistique contemporain, et au parcours de l’École des filles, à Huelgoat, là où le chaos primitif, « terraqué », se métamorphose en lumière.

Lexicographe, maître d'oeuvre du Robert, Alain Rey est spécialiste de linguistique et de lexicographie, avant d'être rédacteur en chef des publications des éditions Le Robert. Depuis plusieurs années, il tient une chronique dans Le Magazine Littéraire, intitulée Le Dernier mot. Il a également été chroniqueur à la radio avec Le mot de la fin sur France Inter (1993/2006) et à la télévision sur France 2 et Canal Plus. En 2005, le ministre de la Culture lui décerne le titre de commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres.








  bande





Alain Rey



L'Attrape-Feu



Dimanche 24 juillet à 15 h


     
Cliquez ici pour réserver
  25  rue du Pouly
29690 Huelgoat
+33 (0)2 98 99 75 41
contact@ecoledesfilles.org


logo Région Bretagne
logo Copie Privée logo Sofia logo Association les amis de l'Ecole des filles logo partenaire logo Salaün logo Savéol

jeudi 21 juillet 2016

Pas de vagues ...




Pas de vagues

Un entrefilet dans la presse locale, un bref message à la radio, et voilà, c'est passé comme une lettre à la poste ! Cela se déroule à Fouesnant (Finistère-sud), et plus précisément à la plage de Cap-Coz, un de ces joyaux que la municipalité nomme la « Riviera bretonne ».

-        « Plage interdite aux chiens » : Ce n'est pas nouveau. Ce décret – inconnu même par la plupart des autochtones ! –a été pris depuis déjà plusieurs années, en ce qui concerne la totalité des plages du département du Finistère. Le problème est qu'on ne sait pas si cette interdiction est encore en cours, au vu du nombre de contrevenants ! Pourtant, des distributeurs de « doggy bags » sont à disposition, ainsi que des poubelles …
-        Le wi-fi est accessible sur ce lieu : rien contre, non, mais est-ce vraiment si indispensable ? Longs débats en perspective, à animer, évidemment, sur Facebook !
-        Interdit de fumer : moi je dis « bravo » : Pas de risque que les enfants récupèrent les mégots. Halte aux mauvaises odeurs. Halte à l'enfumage des voisins ! Halte à la pollution visuelle et olfactive, quand un pied innocent vient mettre à jour la chose dont la disparition prendra plusieurs centaines d'années.

Cerise sur le gâteau (si on peut dire) : La Ligue contre le Cancer apporte son soutien et son partenariat dans cette campagne, qui a sciemment choisi une plage très fréquentée.

Aucune protestation n’a été remarquée, à ce jour, contre cette initiative.
Mais comment va-t-on pouvoir contrôler cela ? Encore des contrôles, encore une « atteinte à la liberté » ? Et si la liberté consistait à faire ce que l'on veut, à condition de ne pas empiéter sur celle des autres ?
Au fait …les chiens, le tabac, pourquoi ces règlements ? Je ne vous ferai pas l'affront d'en expliquer les raisons !


samedi 16 juillet 2016

Le Monde dans lequel nous vivons ...

« Le Mensonge dans lequel nous vivons », une puissante vidéo qui fait actuellement le tour du monde ! 

Et on comprend pourquoi…

Cette fameuse vidéo, « The Lie We Live » (Le mensonge dans lequel nous vivons) est en train de faire le tour du monde et c’est compréhensible ! Le narrateur y présente pas mal de faits qui ne tournent pas rond dans notre société, de quoi faire réfléchir les plus petits et les plus grands et de quoi nous ouvrir les yeux sur le monde dans lequel nous vivons. Le but de tout être humain est d’atteindre le bonheur, mais à quel prix ? Prenez le temps de partager cette vidéo à vos proches, qu’elle soit vue par le plus de monde possible.

lundi 11 juillet 2016

Enigme ...



ENIGME


Je me dirigeais lentement, tout à l’heure, vers ma salle de bain, m’aidant selon l’accoutumée de ma canne anglaise, dorénavant compagne de mes jours.
« Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants, mais peu d’entre nous s’en souviennent. »Et toi ?

Et toi ? Cette phrase, jetée aux imaginations débridées d’un atelier d’écriture, représentait pour moi, sur-le-champ, une véritable énigme.
Le rasoir en main, j’enchaînais les gestes automatiques, rituels. Puis les questions surgirent : Quand deviendrais-je un adulte ? Qu’est-ce que c’est, une grande personne ? De quoi dois-je donc me souvenir ? Quand je serai grand, aurai-je encore besoin de me raser ? Pourquoi mes copains de belote disent-ils toujours « dans le temps » ? Pourquoi sourient-ils tous avec un air si doux lorsque je parle de ma maman, lorsque je la supplie de rester ?
Pourquoi mes frères et sœurs ne sont-ils plus jamais à la maison ? sont-ils fâchés ? La dernière fois que j’ai vu mon grand frère, dans la grande maison, il m’a dit sévèrement d’arrêter de lui casser les pieds avec mes histoires. J’ai été consolé par ma sœur, qui m’a appris à faire du tricotin, en compagnie des pépés et des mémés qui me fixent du regard. J’ai du mal à manipuler cet appareil, mes doigts sont tout maigres et tordus, Martine l’infirmière dit que c’est la faute à l’arthrose.
Martine nous parle parfois du Petit Prince, que j’aimerais bien connaître. J’aimerais bien savoir parler comme lui, comme une grande personne.

mardi 5 juillet 2016

Intégration ? (Amnesty International)

"Toi, tu as de la chance : ta mère sourit. 
La mienne est fatiguée de vivre."



"Ecoliers des bidonvilles", 
une vidéo à diffuser sans modération.
L'année dernière, nous avions suivi le cas de plusieurs familles roms expulsées du bidonville de la rue Truillot à Ivy sur Seine (94) à la fin de l'année scolaire. Un an après, plusieurs familles ont été relogées dans habitations qui permettent aux enfants de poursuivre leur scolarisation. Isabelle Jenoc de la commission enfants et son fils Victor, étudiant en cinéma, ont réalisé une vidéo intimiste sur la trace de petits écoliers roms qui mérite d'être diffusée largement. Isabelle Jenoc de la commission enfants et son fils Victor qui est étudiant en cinéma, ont suivi les familles du bidonville de la rue Truillot à Ivy sur Seine (94) pendant plusieurs mois et décidé de raconter leur histoire dans une vidéo intimiste qui retrace leur parcours à travers une voix off. Nous avions communiqué l'année dernière sur leur expulsion et le dispositif de relogement mis en place. L'histoire de ces familles roms est semblable à celles de beaucoup d'autres, entre survie quotidienne et expulsions. Mais celle-ci se termine bien car certaines ont été relogées dans de vraies habitations mises à disposition par la mairie d'Ivry et la région, avec le soutien indéfectible du collectif de soutien aux Roms d'Ivry et d'Emmaus. Le détail du projet est présenté dans le document en pièce jointe "Villensemble, l'espace expérimental d'Ivry sur Seine". N'hésitez pas à la faire circuler sur les réseaux sociaux !!

dimanche 3 juillet 2016

RESPECT

 Elie Wiesel en mai 2010.

“Un être humain est libre, non quand l'autre ne l'est pas, 
mais quand l'autre l'est aussi.” Élie Wiesel


 
Rescapé de la Shoah, il a souvent dénoncé la responsabilité des dirigeants qui « savaient » le sort des juifs déportés, notamment Franklin D. Roosevelt et Winston Churchill. En 1979, le président américain Jimmy Carter lui avait montré les photos prises, fin 1942, par des avions militaires américains survolant Auschwitz.
Au cours de sa vie, il s’est engagé pour de multiples causes car il avait « fait un vœu » après la guerre :
« Que toujours, partout où un être humain serait persécuté, je ne demeurerai pas silencieux. »

Souvenirs de déportation

Né le 30 septembre 1928 à Sighet, en Roumanie (alors Transylvanie), Elie Wiesel est déporté à 15 ans à Auschwitz-Birkenau, en Pologne occupée par les nazis. Sa mère et sa plus jeune sœur sont assassinées dans ce camp. Son père meurt devant lui à Buchenwald (Allemagne) où ils ont ensuite été transférés.
A sa sortie en 1945, il est recueilli en France par l’œuvre juive de secours aux enfants (OSE) et y vit jusqu’en 1956. Après des études de philosophie à la Sorbonne, il devient journaliste et écrivain. Le romancier François Mauriac préface son premier roman La nuit (1958), basé sur ses souvenirs de déportation. Cet ouvrage sera suivi d’une quinzaine d’autres (en français, en anglais, en hébreu et en yiddish), de trois pièces de théâtre et de nombreux essais.

Refus de présider Israël

Citoyen américain depuis 1963, Elie Wiesel a longtemps occupé la chaire en Sciences humaines de l’Université de Boston et partagé sa vie entre les Etats-Unis, la France et Israël. En 2006, Elie Wiesel a refusé la présidence de l’Etat hébreu arguant qu’il n’était « qu’un écrivain ».
En France, Elie Wiesel a été décoré en 1984 de la Légion d’honneur, avant d’être fait Grand officier en 1990, puis Grand-croix en 2001. Il a également reçu la médaille d’or du Congrès américain pour son travail à la tête de l’Holocaust Memorial Council des Etats-Unis. Il est par ailleurs chevalier commandeur honoraire de l’Ordre de l’Empire britannique.

in "Le Monde", 3 juillet 2016