Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

jeudi 25 octobre 2012

Des liens - ô combien - utiles !

Nous sommes abonnés à cette mine des "Liens utiles"
un des sites les plus anciens du Web, que gère magistralement François :

et nous y trouvons aujourd'hui une perle  
pour tous les amateurs de lecture et d'écriture :

au plaisir de vous y retrouver !

lundi 22 octobre 2012

A Pézenas (Hérault), vous êtes accueilli à la bonne franquette (de veau ...), au "musée Boby Lapointe". La dame de l'accueil semble tout droit sortie de sa famille directe, et, en tous cas, le connaît bien personnellement ... C'est du moins (et c'est ce qui compte) l'impression ressentie, dans ce lieu d'une chaleur humaine rare, qu'on peine à quitter (comme ta Katie)  ...



Ajouter une légende



samedi 20 octobre 2012

Le Nouvel OBs propose : "La twittérature a son festival ... et ses tweets d'or". (Anecdotique, ou pas ... ?)

On ne rigole pas: l'Institut de twittérature comparée de Bordeaux-Québec organisait, ce mardi, le 1er Festival international de twittérature.
La page d'accueil de Twitter (JAUBERT/SIPA)
La page d'accueil de Twitter (JAUBERT/SIPA)
Sur le même sujet
La twittérature gagne du terrain. Rappelez-vous, en 2010, on vous avait déjà touché deux mots de la chose, née à Chicago, où des étudiants avaient entrepris de résumer en 140 signes les chefs-d’œuvre de la littérature. Tout ça pour surfer sur le succès grandissant du site web qui limite votre pensée à quelques mots: Twitter.
Depuis c’est devenu du sérieux. Ce 16 octobre, la ville de Québec, au Canada, a ainsi accueilli le 1er Festival international de twittérature: le 140MAX. Organisé par l’Institut de twittérature comparée de Bordeaux-Québec (véridique), il a consisté en une série de tables rondes où les intervenants ne sont pas limités à 140 signes. Dommage? Il faut dire que les thèmes abordés étaient extraordinairement savants: «la théorie du gazouillis», «la pédagogie du gazouillis» ou encore «le volet artistique et littéraire de la twittérature».
Outre ces grandes discussions, un concours a surtout été ouvert aux écoliers de plus de cinq pays, dont la France. Il s'agissait de décrocher «le tweet d’or». L’équivalent du Prix Nobel dans le milieu. Mais, chut, on ne peut pas dire du mal des enfants.

Extension du domaine de la twittérature

Il est plus étonnant de constater que le tweet est une affaire d’Etat au Québec. En effet, il est perçu comme un moyen de remettre les élèves sur les rails de l’écriture et de la littérature. Si bien que l’un des organisateurs du festival, Jean-Yves Fréchette, a raconté à nos confrères du journal «La Presse» son expérience éducative:

J’ai participé, l’an dernier, à projet du Ministère de l’Education pour créer un logiciel qui intègre la twittérature dans les classes du primaire, du secondaire, et du collégial. C’est un médium qui plaît aux jeunes. Imaginez, les profs leurs disent qu’ils peuvent amener leur iPod en classe.»
Toujours lui, qui se présente comme l’un des précurseurs de la twittérature québécoise, a même tapé dans l’œil du Ministre de l’Education Nationale:
C’était il y a deux jours. Il était minuit moins quart, j’étais sur le point de me coucher. Je vois que Pierre Duchesne me retweete, le nouveau ministre. Merde, je parle à Pierre Duchesne!»
Et qu’a donc relayé, ce nouveau ministre? «L’intelligence transversale du métal ne pénètre jamais au cœur des synapses. L’équation du romantisme demeure nébuleuse pour les automates.» Signé Fréchette, le Maurice G. Dantec de Twitter.

Les tweets d'or tant attendus

Mais oublions un peu cette littérature futuriste. Et rendons plutôt grâce aux lauréats du «le tweet d’or», d'autant qu'il y a parmi eux des Français. Cocorico.
Dans la catégorie des 5-7 ans, donc:
Le futur, c’est comme un beau cadeau sous le sapin de Noël. C’est un peu comme une surprise car on ne sait pas ce qui va arriver.»
Pour les primaires, c’est un petit Parisien qui a fait mouche:
Demain, la Terre deviendra carrée et si quelqu’un s’aventure sur les angles droits, il deviendra lui aussi un cube.»
Et enfin, la crème de la crème, le meilleur d’entre tous:
L’ordinateur, la tablette, le téléphone mobile, le MP3, les réseaux sociaux. Le futur, c’est une série de mises à jour en continu.»
Merci aux collégiens de Laurentides, non loin de Québec. Et encore bravo.
Nicolas Guégan

vendredi 19 octobre 2012

"Le travail, une valeur en crise ?"


vendredi 26 octobre 2012 - 20h00
salle "Le Terrain Blanc" de la MPT de Penhars à Quimper (plan)

CONFÉRENCE-DÉBAT Le travail, une valeur en crise ?

Dominique Méda

Dominique Méda, sociologue et philosophe, travaille depuis plus de 15 ans sur la place du travail dans la société, l’emploi des femmes, la relation entre le travail et la création de richesses, le modèle social français. Son dernier livre, « Travail, la révolution nécessaire », est paru aux Éditions de L’Aube en 2010.

Comment évolue la valeur accordée au travail, depuis l’entrée dans la vie active jusqu’à la retraite ? Dans le même temps, les statuts de l’emploi (CDD, CDI, intérimaires…) sont de moins en moins stables… et parfois mobiles. Sans parler du chômage, une réalité vécue comme une menace, pour soi ou pour la famille. Et la crise économique n’arrange rien…
Nombreux sont ceux qui cherchent du travail, notamment les jeunes ; certains en changent… régulièrement, d’autres restent attachés à leur emploi par envie de faire carrière ou par peur de le perdre. Certes, l’offre de travail comme la demande varient en fonction de la situation économique, mais pour autant, le marché du travail est-il un marché comme les autres ? Et les travailleurs une variable d’ajustement au motif d’une flexibilité souvent difficile à accepter ?
Avec Dominique Méda, nous chercherons à mieux comprendre les questions liées à la place du travail dans la société et dans la vie de chacun :
  • Le travail, valeur individuelle ou collective ?
  • Une source d’épanouissement ou un mal nécessaire qui fait aussi souffrir ?
  • Comment trouver l’équilibre entre le travail, l’activité professionnelle et la vie familiale comme la vie personnelle ?
 Entrée : 8 € - 6€ pour les adhérents - 3 € pour les étudiants et chômeurs

La Liberté de l'esprit
La liberté de l'esprit est une association qui depuis plus de 20 ans s'est donné comme objectif d'animer le débat citoyen sur des questions de société à Quimper et plus largement en Cornouaille.

Les conférences sont souvent enregistrées et sont disponibles sur le site internet où vous avez la possibilité de contribuer au débat en y déposant vos commentaires

Votre adhésion à l'association permet de la renforcer et de soutenir celles et ceux qui l’animent ainsi que de participer à son fonctionnement (10 € / an )

Pour plus d'information sur l'adhésion, voir sur le site internet à l'adresse ci-dessous :

Lettre d'information de l'association "La liberté de l'esprit"

jeudi 18 octobre 2012

Jacques Salomé : Un entretien, dans l'émission "Noms de dieux" (Rtbf, 2008)

 Edmond Blattchen reçoit Jacques Salomé (2008).

Né à Toulouse en 1935, Jacques Salomé est à la fois psychosociologue et écrivain.

Depuis plus de 40 ans, il se consacre avec passion à l'amélioration des relations entre les êtres humains (dans le couple, dans la famille, à l'école, au travail, notamment). Un thème qu'il a développé et décliné dans de nombreux ouvrages, tous couronnés par un immense succès. Parmi ses livres les plus connus, citons : "Parle-moi, j'ai des choses à te dire", "Si je m'écoutais, je m'entendrais", "T'es toi quand tu parles" ou encore "Pour ne plus vivre sur la planète taire". En tout plus de 50 volumes !
Au-delà de ces titres aux accents résolument poétiques, Jacques Salomé a défini les principes d'une méthode de communication unique en son genre, le système E.S.P.E.R.E., objet d'études pédagogiques dans de nombreuses universités.
Le rêve de Jacques Salomé, c'est que son modèle de communication soit un jour prochain enseigné dès l'école maternelle. Pour permettre aux enfants de devenir demain des citoyens en paix à la fois avec eux-mêmes et aussi avec les autres. Pour assumer pleinement, et en toute conscience, leur destin d'êtres planétaires. Auteurs de leur propre vie et coauteurs de l'histoire de demain !


 LA VIDEO (54 minutes), ICI

Merci à Emma, blog "&perluette", http://eperluette.over-blog.com/

Réflexion