Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

vendredi 23 septembre 2011

An Hini A Garan (celui que j'aime) - Denez Prigent. (à écouter en cliquant sur le titre de ce message). Texte en breton, en français, et en espéranto.

En breton : An Hini A Garan (Celui que j'aime)

An hini a garan, gwechall bihan er gêr
Pa oamp tostig an eil, an eil ouzh egile
Va c'halon ne gare, gare nemet unan
Pa oan bihan er gêr an hini a garan

An hini a garan, 'm eus kollet da viken
'Mañ degouezhet pell ha ne zistroio ken
Ha setu ma kanan, kanan keti ketañ
Ha setu ma kanan d'an hini a garan

An hini a garan, un deiz 'n eus va losket
Aet eo d'ar broioù pell, d'ur vro n'an'vezan ket
Aet eo d'ar broioù pell da c'hounit e vara
Kollet, kollet un deiz, an hini a garan

En français : Celui que j'aime 

Celui que j'aime, autrefois, petits à la maison,
quand nous étions tout près l'un de l'autre,
mon cœur n'en aimait qu'un ;
quand j'étais petite à la maison, celui que j'aime

Celui que j'aime, je l'ai perdu à jamais ;
il est parti au loin et ne reviendra pas ;
et voici que je chante à celui que j'aime

Celui que j'aime, un jour il m'a laissée ;
parti vers les pays lointains, des pays que je ne connais pas,
parti vers les pays lointains , pour gagner son pain.
Perdu, perdu un jour, celui que j'aime

En esperanto : Tiu, kiun mi amas.

Tiu, kiun mi amas : antaŭe, kiam ni hejme junaj estis,
kiam ni proksimegaj estis,
nur unu viron mia koro amis ;
kiam mi hejme junvirinulo estis : 
tiu, kiun mi amas.

Tiu, kiun mi amas, mi ĉiam perdis ;
li foriris kaj neniam revenos ;
jen mi nun kantas al tiu, kiun mi amas.

Tiu, kiun mi amas, foje li min malprenis ;
foririta al la lontanaj landoj, kiujn mi ne konas,
foririta al la lontanaj landoj, por panon perlabori.
Perdita, iam perdita, tiu kiun mi amas ...

(Aŭskultu, klakante sur la titolo de tiu mesaĝo ...)

mercredi 14 septembre 2011

Un grand-père brestois "explique la Rade" à son petit-fils ...


Longtemps, j’ai associé mes réactions, mes sensibilités, à la vie de la Nature. Et celle-ci était toujours seulement la Mer.

La mer « insouciante » : la plage, le soleil, les belles vagues s’écrasant sur les rochers… C’était pour moi à la fois agréable, reflet d’un mois de vacances, et superficiel, comme les campings, les ports de plaisance, dont je me sens totalement étranger.

La « vraie mer » : celle de mon père et de mes aïeux, qui ont tous travaillé pour elle. La mer des chantiers, de la sueur humaine, du mazout, du risque, la mer du labeur sous la pluie, dans le béton sombre et sinistre…

Et c’est celle-là que je préfère, bien sûr. Celle de l’affectivité, non celle du touriste. Mer du gagne-pain, nourricière mais exigeante, mer célébrée dans les chants des bistros…

« La mer n’est pas méchante », a dit Jacqueline Tabarly… Et il est vrai qu’elle a souvent entendu mes pensées qui vagabondaient lorsque, adolescent, je descendais au port de commerce, à mobylette, et restais, sous prétexte de pêcher le tacaud, rêvasser, tel Marius devant ses horizons.

Les miens ont disparu. Ou bien, ils ont tellement changé. Mais ma mer de Brest est toujours aussi accueillante et attentive.






samedi 10 septembre 2011

La tendresse

Je vous invite à lire mon texte en écoutant CECI ... 
("La tendresse", Bourvil)


….. L’amour, c’était émotions, pensées, élans, fureurs, passions.
Puis il devint
Etudié, répertorié, catalogué, fiché, chanté, joué, peint, mille fois…

La Tendresse est.
Elle se contente d’être.
Inaltérable, inexplicable, inexcusable si elle disparaît.
Faite de gestes, de clins d’œil, de riches complicités,
De microscopiques attentions quotidiennes,
Du merveilleux non-dit permanent.

Elle est à la fois source et produit de la Connaissance de l’Autre.
Elle n’est pas gentillesse, mais osmose.

Evoquer son nom devant l’être tendre,
C’est déjà la démasquer et lui arracher son mystère..

La tendresse est pudeur, elle est magnifiquement intime.
Chacun essaie de lui donner un sens, mais échoue,

Car traduire c’est trahir…



jeudi 8 septembre 2011

Bourvil a encore du pain sur la planche !


En Loire-Atlantique, à La Planche (près de Saint-Philbert de Grand Lieu et de Clisson), un lieu tout à fait improbable : le "Musée de la chanson française". Dans une ancienne chapelle, une association ("Musidora") fait vivre (superbement !) la chanson française sous toutes ses formes, de la plus populaire à la plus élitiste, des chansons de bals aux chansons à textes ...
M. Luc Avrilleau nous a accueillis après avoir répondu spécialement à notre appel téléphonique, et s'être déplacé de chez lui, à une demi-heure de route !
Merci, Bourvil, pour votre accueil, votre présence, vos explications passionnées ... Bourvil ? mais oui, M. Avrilleau a une passion : Chanter et jouer Bourvil. Il nous a donné quelques aspects de son talent : Bravo, et merci !
Une visite à ne pas rater !à commencer par le site du musée : http://www.museedelachanson.moonfruit.fr/
et n'oublions pas l'association "Musidora" et la présentation du musée : http://musidora.e-monsite.com/

Le clou du musée :On a placé Léo Ferré, Jean Ferrat et Jacques Brel ... dans le confessional de la chapelle !

mardi 6 septembre 2011

L'accordéon c'est comme la mer ...


L'accordéon c'est comme la mer 

L'accordéon, c'est comme la mer
Ça met du vague à l'âme
Sur toute la gamme, on n'peut rien y faire
Ça met de l'amertume
Tout comme l'écume qui vient de la mer

Le soleil vient tourner au fond de tes yeux
Le soleil vient danser tout comme nous deux

L'accordéon, c'est comme la mer
Ça vient du fond des âges
Dormir sur la plage, été comme hiver
Ça vient du fond des nuits
Pour vivre aujourd'hui dans notre univers
Merci pour l'accordéon de nous offrir ses chansons

L'accordéon, c'est comme la mer
Ça vous joue plein d'accords
Qui vous prennent au corps
Comme un partenaire
Ça vous joue plein de notes
Un jour qui vous trottent
Au bord de la mer

Le soleil vient tourner au fond de tes yeux
Le soleil vient danser tout comme nous deux

L'accordéon, c'est comme la mer
Du moment qu'on s'y baigne
Et qu'on s'y imprègne
Alors, c'est la guerre
Mais suffit qu'on s'y jette
Alors, c'est la fête et c'est la lumière

Merci pour l'accordéon de nous offrir des chansons

Lalalalala...

Je prends des cours d'accordéon diatonique depuis un an, et je commence à pouvoir jouer des choses comme celle-ci ... "Mon petit garçon", que vous entendez, est une composition de Michel Tonnerre, de l'île de Groix. Il a ce talent de faire des chansons qui nous donnent l'impression d'exister depuis toujours, dans nos ports ...

dimanche 4 septembre 2011

La librairie-café "La Joie de Lire" à Saint Guénolé Penmarc'h

Nous avons pris l'habitude de rendre régulièrement visite à "la joie de lire", un lieu assez improbable, situé dans le port de St-Guénolé, face au grand large ... J'en ai rapporté aujourd'hui le "dictionnaire de la laïcité" (publié sous la direction de Martine Cerf et Marc Horwitz, et "Après le tremblement de terre", de Haruki Murakami.

Créée par Nonna Goasguen, la librairie café La Joie de Lire à Saint Guénolé Penmarc'h a ouvert ses portes en mai 2010.



Les deux rayons phares de la librairie café La Joie de Lire à Saint Guénolé Penmarc'h sont le rayon rayon polars et le rayon sciences humaines et sociales.

La librairie La Joie de Lire à Saint Guénolé Penmarc'h propose également des romans français et étrangers, une sélection personnelle du libraire de bandes dessinées, ainsi que des livres pour la jeunesse, des livres sur la Bretagne et quelques beaux livres.

La librairie La Joie de Lire à Saint Guénolé Penmarc'h est une librairie café où on peut consommer sans obligation café, jus de fruits, boissons issues du commerce équitable, tout en s'installant pour feuilleter un livre.

Animations : la librairie La Joie de Lire à Saint Guénolé Penmarc'h organise débats et rencontres avec des écrivains, ainsi que des expositions.

Librairie La Joie de Lire
65 rue de la Joie
29760 Saint Guénolé Penmarch

Tél. : 02 98 58 73 57
Horaires d'ouverture
mardi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 19h


à Blois ...

Première ville que nous ayons visitée lors de notre virée, Blois fut surtout un "prétexte" pour nous remettre au vélo !
En effet, trop souvent, nous avons promené nos montures à l'arrière de "Tonton" (notre camping-car), en les oubliant. Nous avons, cette fois, renoué, le long des pistes cyclables, avec le plaisir du pédalage tranquille, l'appareil-photo"Compact" en poche, prêt à dégainer ...

vendredi 2 septembre 2011

Un coeur écorché, avec deux ailes ...

"Coup de coeur", ou "Coup de gueule", ou "En vadrouille" ?
Ce matin, j'hésite pour classer mon message dans une quelque rubrique ...
C'est juste avant d'arriver à Antraïgues (avec un tréma, oui) que nous avons appris qu'Allain Leprest avait choisi d'en finir avec la camarde, avec son cancer.
A Antraïgues, flottait l'esprit -déjà installé sans doute - de Jean Ferrat, mais aussi, grâce aux affiches encore en place, on apprenait qu'Allain Leprest était là, dans un festival, un mois auparavant.

J'ai découvert ce chanteur-poète en octobre 2010, en concert chez moi, près de Quimper. Il fera désormais de ces éclairs entr'aperçus, fulgurant, mais - à la différence de beaucoup d'autres - il laissera des traces, car on ne se trouve pas sur son chemin sans en être marqué.

Une émission de radio, ce matin sur France-Inter ( 4min45), que vous ne pourrez écouter que jusqu'au 9 septembre : 
 http://www.franceinter.fr/reecouter-diffusions/139333

"Le Dauphiné Libéré", 25 août 2011