Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

vendredi 30 novembre 2012

Dans le site "Nos enchanteurs", de Michel Kemper : Julos Beaucarne célébré par l’Académie Charles-Cros.

DANS "Nos enchanteurs" - http://nosenchanteurs.eu/

Julos Beaucarne célébré 

par l’Académie Charles-Cros


photo prélevée au site de Julos Beaucarne (DR)
(en direct de la Maison de la Radio, Paris, à la remise des Prix de l’Académie du disque Charles-Cros)
Ça fait presque un demi-siècle que ce wallon d’Ecaussinnes, ce citoyen du monde, cet agitateur du Front de libération des arbres fruitiers, ce rêveur de fond, poursuit sa route, plutôt ses petits chemins, loin des grandes transhumances des modes et des chansons. On dit facilement – ça doit être enseigné dans les rédactions de presse – que tout artiste a un « univers », la belle affaire ! Si c’est vrai, on ne saura tout à fait qualifier celui de Julos Beaucarne tant parler d’un univers à son propos relève du pléonasme, de l’évidence. Du reste, son terroir, c’est les galaxies… alors, l‘univers !

Avec Barbara d’Alcantara (photo Chantal Bou-Hanna)
Ce « chiffonnier de l’espérance » (1) est un amoureux de l’Homme et de la terre, une terre sans frontières et sans armes, comme avant l’Homme. Un terroir de bon sens où le geste rejoint la parole donnée, la parole chantée. Rien n’est factice, rien n’est de pure forme : Julos n’est pas un chanteur avec un plan de carrière, une feuille de route, c’est un homme qui chante, qui enchante, allant au bout de ses idées, de ses rêves, de ses utopies. Ni artistes raisonnable, ni chanteur maudit, non. Les pieds bien sur terre, dans le compost de ses mots, dans la pépinière de ses idées, dans le respect de la vie, il insinue ses p’tites chansons qui, petitement, dans le temps, labourent nos esprits et feront les moissons de demain. Il est la goutte d’eau qui prolonge le stalagmite… patience et longueur du temps. Bien sûr on a raillé cet insolite troubadour qu’aucune industrie, à plus forte raison discographique, ne saurait recycler. Lui tente, dans ce monde de déforestation forcenée, de « reboiser l’âme humaine ». Vaste tâche qu’il mène, résolu, depuis cinq décennies, par la force de l’émotion colportée, partagée, par l’inlassable transmission d’idées, d’exemples et de chansons. Seule l’Académie de disque Charles-Cros pouvait honorer un tel artiste : car vous l’imaginez, vous, chamarré d’une Victoire de la musique. Ce serait sa vie, son œuvre, qu’en un trophée un seul on détruirait.

(1)    L’expression me semble être de mon collègue Serge Dilaz, sur Chorus.


mercredi 28 novembre 2012

"Le répertoire du diato est limité ..." - MON OEIL !

Qui a dit que musique classique et traditionnelle 
ne s'entendaient pas ? Voilà une version de la fameuse oeuvre (la 9ème Symphonie, de Beethoven, eh oui !) revisitée au diato (accordéon diatonique !). 
Simplement pour se faire plaisir ;)

A noter un léger décalage entre l'image et le son, mais bon ...


mardi 27 novembre 2012

CATCH IMPRO à TY-THÉÂTRE ! Mais c'est chez nous, ça !

 
PROGRAMME
Novembre 2012
 
Bonjour amis(es) spectateurs !
Rudy Garcia et Claude Le Bozec ont le plaisir de vous proposer un rendez-vous au Ty Théâtre le vendredi 30 Novembre à 20h30 en vous présentant un duo de catch d' impro.
Cette première soirée de "TY catch d'improvisation" au TY THÉÂTRE de Gouesnac'h sera animée par Claude LE BOZEC.
Une équipe locale affrontera une équipe venue de Brest.
À très bientôt
Gil
 

Catch impro

vendredi 30 Novembre
à 20h30
Voir la bande annonce

Le Catch impro est un concept de spectacle d'improvisation théâtrale.
Il a été développé à l'origine par inédit théâtre à Strasbourg en 1999 avec la participation de la compagnie Tadam de Bruxelles. Ce concept de spectacle d'impro se répand rapidement en francophonie et est particulièrement développé en Bretagne depuis 2005 grâce à la compagnie Impro Infini à Brest.
La mise en scène est inspirée des combats de catch.
2 équipes de 2 improvisateurs-catcheurs s'affrontent au centre d'un "ring" sur des sujets proposés par le public. Un arbitre veille au bon déroulement du spectacle.
Les comédiens ne disposent que de 5 secondes de réflexion sans concertation avant de commencer leur scène.
Plus souple, plus convivial, plus rapide et plus spectaculaire que le match d'improvisation, le Catch impro est plutôt recommandé à des improvisateurs expérimentés puisqu'aucune règle ou presque n'existe pour cadrer la fougue des comédiens.

TARIFS: 7 euros - Apéro offert
 
ATTENTION : Le nombre de places est limité.
Il es prudent de réserver.
au : 02 98 54 63 31 ou 06 840 836 00
ou
Formulaire de réservation: TY CATCH

ET, ICI, LE SITE DE TY-THÉÂTRE 

samedi 24 novembre 2012

Barbara, 15 ans ...

Les artistes disparus dont on commémore le plus la disparition ... 
seraient-ils tant inoubliables que talentueux ?


vendredi 23 novembre 2012

NON au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes : Signons les pétitions !

Signez la pétition


LE PROJET D'AEROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES
est une aberration économique, sociale et environnementale
Situé à 18 km du centre de Nantes, il ne résoudrait pas les problèmes que pose à la ville l'actuel aéroport. Il les déplacerait seulement. Il infligerait des nuisances graves à plus de 80 000 habitants des communes de la banlieue nord de Nantes. Les diverses structures de raccordement qui lui seraient nécessaires (routes, voies ferrées, pont sur la Loire) causeraient également des problèmes (expropriations) et des nuisances  à des milliers d'autres personnes.
Le coût colossal de cette infrastructure pèserait sur les impôts des habitants de tout le département et entraînerait des réductions de budget dans d'autres domaines tels l'éducation et la santé.
Avec un trafic pouvant aller jusqu'à 9 millions de passagers, cet aéroport augmenterait considérablement les émissions de gaz effet de serre, alors même que le gouvernement proclame son intention de les réduire.
Contrairement  ce qu'affirment ses partisans, cet aéroport ne serait pas "bon pour l'emploi" , il créerait l'outil permettant aux entreprises de délocaliser et détruirait les emplois existants.
Avec des avions  à deux minutes de vol du site sévéso de Donges, cet aéroport ferait courir à toute la région un risque tel que, bien que la probabilité en soit faible, il serait criminel de la négliger.
Nous disons donc NON au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Cliquez ici pour signer la pétition en ligne, sinon vous pouvez aussi télécharger un formulaire collectif de pétition , ainsi que celui de la coordination des associations, à envoyer, après l'avoir signé et fait signé à
ACIPA
B.P. 5
44130 Notre-Dame-des-Landes.
Compteur : 8835
D'autres se mobilisent :
Pétition sur AVAAZ
Pétition sur Cyberacteurs
Pétition sur Cyberacteurs contre les expulsions
Pétition d'Agir pour l'environnementNOUVEAU
Appel de syndicalistes opposé-e-s au projet d’aéroport à Notre Dame des Landes ou ailleurs

Il y a 30 ans Aragon nous quittait...

 
UN JOUR UN JOUR

Tout ce que l'homme fut de grand et de sublime
Sa protestation ses chants et ses héros
Au dessus de ce corps et contre ses bourreaux
A Grenade aujourd'hui surgit devant le crime

Et cette bouche absente et Lorca qui s'est tu
Emplissant tout à coup l'univers de silence
Contre les violents tourne la violence
Dieu le fracas que fait un poète qu'on tue

Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

Ah je désespérais de mes frères sauvages
Je voyais je voyais l'avenir à genoux
La Bête triomphante et la pierre sur nous
Et le feu des soldats porté sur nos rivages

Quoi toujours ce serait par atroce marché
Un partage incessant que se font de la terre
Entre eux ces assassins que craignent les panthères
Et dont tremble un poignard quand leur main l'a touché

Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

Quoi toujours ce serait la guerre la querelle
Des manières de rois et des fronts prosternés
Et l'enfant de la femme inutilement né
Les blés déchiquetés toujours des sauterelles

Quoi les bagnes toujours et la chair sous la roue
Le massacre toujours justifié d'idoles
Aux cadavres jeté ce manteau de paroles
Le bâillon pour la bouche et pour la main le clou

Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

samedi 17 novembre 2012

Woody Guthrie, le chantre des envois. (Extrait d'un article de " L'Humanité " du 16 novembre)

Il aurait eu cent ans en 2012.
Dans le cadre de son admirable travail reliant le vaste champ musical et l'éducation populaire, l'association Zebrock sous la direction d'Edgar Garcia, rend hommage à la médiathèque de Bagnolet, au marcheur du verbe en organisant l'exposition itinérante « This land is your land » (qui emprunte son nom à la fameuse chanson, devenue hymne national alternatif), complétée de concerts (Seb Martel, Théo Hakola, Sanseverino, etc.), conférences, visites de scolaires.
Mélomane, pédagogue, militant, vous y trouverez une matière d'une brûlante modernité. 

Pour Annie et moi : Ce nom, Woody Guthrie, à lui seul,nous rouvre les portes de l'adolescence… Notre premier poste de radio, la sortie du magnétophone « K7 », et notre première paye, nous permettant de nous offrir nos premiers vinyles. Nos premières contestations aussi, nos premières manifestations, les premiers débats enflammés, pour refaire le monde…
Une particularité peut-être, tout de même, en ce qui nous concerne : Notre adolescence est terminée depuis « un certain temps », et même notre vie professionnelle, mais pas du tout notre tempérament revendicatif, et militant !

 

Paroles et traduction de "This Land Is Your Land"

This Land Is Your Land (Ce Pays Est Ton Pays)
[Chorus]
[Refrain]
This land is your land, this land is my land
Ce pays est ton pays, ce pays est mon pays
From California, to the New York Island
De la Californie, à l'île de New-York
From the redwood forest, to the Gulf Stream waters
De la forêt de séquoias, aux eaux du Gulf Stream
This land was made for you and me
Ce pays a été fait pour toi et moi
As I was walking a ribbon of highway
Alors que je marchais sur le bord de l'autoroute
I saw above me an endless skyway
J'ai vu au-dessus de moi une route aérienne sans fin
I saw below me a golden valley
J'ai vu sous moi une vallée d'or
This land was made for you and me
Ce pays a été fait pour toi et moi
[Chorus]
[Refrain]
I've roamed and rambled and I've followed my footsteps
J'ai rôdé et erré et j'ai suivi mes traces de pas
To the sparkling sands of her diamond deserts
Jusqu'aux sables étincelants de ses déserts de diamant
And all around me a voice was sounding
Et tout autour de moi, une voix se faisait entendre
This land was made for you and me
Ce pays a été fait pour toi et moi
[Chorus]
[Refrain]
The sun came shining as I was strolling
Le soleil se levait alors que je flânais
The wheat fields waving and the dust clouds rolling
Les champs de blé ondoyant et les nuages de poussière roulant
The fog was lifting a voice come chanting
Le brouillard se levait, une voix a commencé à chanter
This land was made for you and me
Ce pays a été fait pour toi et moi
[Chorus]
[Refrain]
As I was walkin' - I saw a sign there
Alors que je marchais - j'ai vu un signe ici
And that sign said - no trespassin'
Et ce signe disait - Défense d'entrer
But on the other side... . it didn't say nothin !
Mais sur l'autre côté... ça ne disait rien
Now that side was made for you and me !
Eh bien, ce côté a été fait pour toi et moi
[Chorus]
[Refrain]
In the squares of the city - In the shadow of the steeple
Sur les places de la ville - Dans l'ombre du clocher
Near the relief office - I see my people
Près du bureau de l'aide sociale - Je vois mon peuple
And some are grumblin' and some are wonderin'
Et certains se plaignent et certains se demandent
If this land's still made for you and me.
Si ce pays est encore fait pour toi et moi
[Chorus](x2)
[Refrain](x2)

mercredi 14 novembre 2012

Tolède


Tolède, 1967.
Devant les murailles de Tolède, l'autocar s'est arrêté, à bout de souffle.
Je m'éveille, la langue pâteuse, l'esprit bien embrumé. C'est un autocar chargé d'adolescents, qui font partie d'un « camp de vacances » en Espagne. Déjà un arrêt a eu lieu ce matin, vers onze heures trente, pour le déjeuner. Déjà, sous l'effet de la chaleur, les boîtes de conserve du repas étaient gondolées, et nous avons tous éclaté de rire quand une boîte de sardines a laissé gicler son jus, à l'ouverture. Nous nous sommes résignés, faute de mieux, à avaler les sardines chaudes, écoeurantes, infâmes… Toutes nos activités sont centrées, dans ce camp, autour de la météo, de ce soleil obsédant, toute sont tributaires de cette chaleur insupportable, accablante.
L'autre jour, pendant la visite de Madrid, nous étions occupés à acheter des cigarettes à l'unité lorsque trois d'entre nous ont été victimes de malaises et de coups de chaleur. Nous voulons nous départir de nos vêtements, mais en Espagne (en 1967, le « Caudillo » Franco est encore au pouvoir…) Il est interdit de se promener en T-shirt et en short à proximité des églises. Nous subissons, donc.
Nous voici à présent en face de la cité de Tolède, de l'autre côté du Tage, à nos pieds. Nous avons écouté les explications d'un guide très fatigué à la voix monotone, au français bien approximatif. Notre écoute est très difficile, car beaucoup d'entre nous sont accablés par la chaleur, certes, mais aussi  par la sangria absorbée à la fin de la visite des fabriques d’épées…
Nous ne les avons pas vus tout de suite, mais le son du mélodéon s'est fait entendre peu à peu, grossissant et semblant rebondir comme un écho entre la ville et la colline. Ils sont deux. Un vieil homme, le musicien, porte un costume de paysan andalou, très usé, au pantalon rapiécé et râpé aux genoux. Son boléro pend lamentablement sur une chemise rouge et sur un ventre bedonnant. Sur sa tête, un immense chapeau mexicain. L'enfant, lui, porte une tenue plus quelconque, jeans et T-shirt. Il porte une ceinture garnie d'un porte-monnaie en cuir, qu’il garde précieusement. Tous deux sont placés de part et d'autre d'une charrette tirée par un âne gris au poil très long. Très rapidement, j'imagine que le vieil homme est le grand-père du garçon, et que celui-ci est sans doute orphelin. Le film de Joselito me revient ainsi en mémoire. La carriole est chargée d'objets divers, destiné aux touristes : petites épées, églises miniatures faiseuses de neige, petits harmonicas… Le vieil homme a fini de jouer, et le jeune garçon tend le chapeau de son grand-père. Mais… ce qui devait se produire : le paiement n'arrive pas. Un groupe d'adolescents bien échauffés se moque du duo, secoue la carriole et les deux personnes, en leur criant de déguerpir. Le jeune garçon tente bien de les calmer, de les retenir, rien n'y fait. Alors un des adultes responsables fait monter tout le monde dans le car, qui démarre rapidement.
Dernière image : Le jeune garçon court derrière le car, brandissant un cageot d'abricots, il crie, en pleurant à chaudes larmes.
Loïc R., mai 2005.



lundi 12 novembre 2012

Du nouveau dans "Ecrimages" !

Les personnes curieuses auront déjà remarqué dans la colonne de droite (aucun choix politique d'aucune sorte ici !) une nouvelle rubrique : "ça bouge en Finistère".
Pas besoin d'expliquer, de faire un dessin ...
Pour l'instant, donc, trois sites, à découvrir :

 ça bouge en Finistère !
Nous sommes preneurs de sites du même type, ou de la même "mouvance" ! 
Merci

jeudi 8 novembre 2012

Ce blog se nomme "Ecrimages" ... 
Il se doit donc de vous proposer ... des textes, qui inspirent des images, ou vice-versa !
J'ai commis un certain nombre de "choses", il y a une dizaine d 'années, à des moments où la maladie et divers écueils m'ont conduit, pour ne pas sombrer, à fréquenter assidument un atelier d'écriture "en chair et en os" (bien avant que je sache ce qu'était un blog !). Je rends donc un grand hommage à l'atelier d'Agnès, et je précise donc que je rappellerai, dans les prochains textes, la "consigne" qui en a été le prétexte.

Dans le texte suivant : Il fallait commencer par "La bonne nouvelle tenait en quelques mots". Oui, c'est tout, le reste était entièrement libre, et je ne m'en suis pas privé ...
..................................................................
La bonne nouvelle tenait en quelques mots.

J'ai fait récemment un rêve merveilleux… ou inquiétant ?

La bonne nouvelle tenait en quelques mots : « Jean s'est levé ce matin, et il a marché, droit vers le large »…
 Le fauteuil roulait vers la mer, rien ne semblait l'arrêter sur la pente du slipway, sinon quelques restes de bois mort, des laisses de mer entassées là par la dernière grande marée. Il ne faisait aucun geste, semblait avoir décidé de rouler vers son destin, car sa maladie lui avait enseigné depuis longtemps le fatalisme. Il suivait, à pas lents, son fauteuil devenu inutile, ne jeta même pas un regard vers son passé, vers cette bâtisse sur le port, cette maison qui serait toujours - lui avait-on répété si souvent – « notre maison de famille ».
Puis… je ne me souviens plus : a-t-il fait demi-tour, courant presque vers nous, ou bien a-t-il disparu dans les vagues ? Je me suis éveillé, trempé de sueur (ou d'eau salée ?), des algues plein les yeux.

Du 17 au 25 novembre, à Pont-l'Abbé (Finistère) : Semaine de la Solidarité Internationale


(Cliquez sur les photos pour une lecture plus confortable)
Notre groupe de Quimper d'Amnesty International 
y sera représenté. 


Amnesty International à Quimper

QUI SOMMES - NOUS ?

Londres, 28 janvier 1975 :
« Chers amis, nous sommes très contents d’apprendre que vous allez constituer un nouveau groupe d’Amnesty en France.
Ci-inclus les dossiers de 2 prisonniers : Leonidas D... (Grèce) et Le Dai N...(Sud Vietnam). Un 3ème cas, vous sera envoyé aussitôt que possible ».
Quimper, 12 octobre 2012 : le groupe existe depuis cette date, sans interruption, avec  toujours cette volonté bien ancrée d’agir en faveur des victimes de violations des droits de l’homme. D’autres cas nous mobilisent mais c’est la même solidarité qui s’exprime.

Organisation d'un concert pour le 50ème anniversaire d'Amnesty International 
NOS PRINCIPALES ACTIVITES

- Sensibilisation du public : tenue d’une table de presse à l’occasion de festivals, marchés, conférences, manifestations diverses (Semaine de la solidarité internationale par exemple ou évènements locaux à l’initiative de partenaires associatifs ou institutionnels).
- Sollicitation de nos élus et demande d’interventions au Parlement pour relayer les préoccupations d’AI.
- Education aux droits humains en milieu scolaire et tables d'informations en milieu universitaire
- Participation au réseau d'Actions Urgentes.


NOS PLUS BELLES ACTIONS ?

- 1998 - 50ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
- Mise en scène de la lecture des articles par des collégiens.
- 40ème anniversaire d’Amnesty - théâtre sur la peine de mort au USA.
- Exposition de l’Art contre l’oubli – des artistes bretons (peintres, sculpteurs) s’engagent pour les droits de l’homme.
- 50ème anniversaire d’Amnesty – concert (chants Gospel et danses).

Au festival des Vieilles Charrues : depuis  2007, tenue d'un stand.

POURQUOI REJOINDRE NOTRE GROUPE ?

De Londres à Santiago, de Sydney à Kampala, de Quimper aussi, nous pouvons tous contribuer à faire avancer les combats d’Amnesty International : pour la libération des prisonniers d’opinion, l’abolition de la torture et de la peine de mort, la défense des droits humains dans la lutte contre la pauvreté. Chaque citoyen, où qu’il se trouve, peut agir pour que les droits de tous soient respectés et protégés.
LIEU ET FREQUENCE DES REUNIONS :
Le dernier mardi de chaque mois à 20h, Espace associatif – 53, Impasse de l’Odet  à QUIMPER
POUR NOUS CONTACTER ?
Ecrivez-nous à : amnesty.quimper@yahoo.fr
Vos contacts téléphoniques : Monique : 02.98.52.12.16  ou Annie : 02.98.53.19.64