Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

vendredi 28 mars 2014

« Plongeons nos plumes dans l'eau de pluie ».




Nous avons lu et écouté le chant « les eaux de mars » (Georges Moustaki), 
puis nous avions pour consigne d’écrire en utilisant au maximum le son [pl] .



Le parapluie veut plaire au peuple,

A plein de people :

Tant qu'il pleut, c'est le moment d'en plofiter !

Plein de monde,

Une pléthore de gens qui gaplopent

Sous la pluie.

Des pleureurs, des pleutres,

Se plessent, s’éploumonnent,

Se complaisent sous les glouttes,

Les gloutons.

Et les glutiers exultent,

Car la ploduction sera bonne :

Alignés le long du quai,

Avec application,

Chantant en choeur « Voir Naples et plonger »,

Ils plojettent des bliques

Dans l'eau plofonde,

Et cela fait « glut, glut »,

C'est pour cela qu'on les apple les glutiers.


Gloups…

lundi 17 mars 2014

Quand la Méthode Coué revient au grand galop ... ("Ouest-France", 17 mars 2014)


 Quand la Méthode Coué revient 

au grand galop ... (et avec de gros sabots !)

Insolite. A Quimper, le monde est " Happy "

Quimper -

Plusieurs groupes de jeunes se sont retrouvés en ville ce samedi pour tourner des clips "Happy" 
à la mode de Pharrell Williams.

Décidément, Pharrell Williams va rendre la planète « Happy ».
De nombreux jeunes se sont retrouvés ce samedi en ville pour tourner un clip sur le modèle du célèbre chanteur américain. Locmaria, place Terre-au-duc, jardins de l'Évêché, les tournages ont duré une bonne partie de la journée.
La chanson "Happy" est un carton mondial. Le mois dernier, le chanteur américain a même joué son tube avec Stevie Wonder et… Daft Punk aux Grammys. La vidéo a été vue des millions de fois.
À Quimper, au moins trois vidéos devraient être disponibles la semaine prochaine.
Quimper, ville "Happy" ? Qui en doutait ?

mardi 11 mars 2014

"Coin de rue" ...



Après l'audition de « Coin de rue », de Charles Trenet.



Ma rue, c'était la rue de Lyon, cernée par l'église Saint-Louis et l'Hôpital des Armées. Une rue rendue très vivante grâce à la présence de halles, les halles les plus chics de Brest, dans ce quartier le plus huppé de la ville.

Le policier, appelé « l'hirondelle », passe à vélo dans une circulation encore assez restreinte, et interpelle joyeusement les gars et les marins qui sortent de « l’abri de la tempête », le bistrot au-dessus duquel je suis né. En face de ce bar, une école en construction, qui me vaut le plus cruel souvenir d'un accident qui me cloua plusieurs semaines dans un landau, le genou blessé…

De temps en temps passent encore des marchands ambulants : le rémouleur, « ciseaux, couteaux, affûtés », le marchand d’pillous*, et – mais plus rarement – le joueur d'orgue de Barbarie, qui tourne l’air « Coin de rue », de Charles Trenet, en distribuant des feuilles, pour les paroles.

Moi, je circule à trottinette parmi tout ce monde, parmi les filles qui jouent au hula-hoop, et je passe mon temps, avec les copains, à escalader les escaliers non terminés des immeubles en construction. Le trolleybus électrique passe doucement, presque silencieusement, semblant poussé par ses trolleys, les perches qui puisent l'énergie sur les câbles suspendus, et qui se décrochent trop souvent.

Dans les petits magasins, tout le monde se connaît, s'interpelle, plaisante, ou gronde… l'ambiance de village, encore, en ce temps-là…

Le soir, l'hirondelle est remplacée par une patrouille militaire, bien moins sympathique, et de temps à autre nous avons le plaisir d'entendre des langues étrangères sur le trottoir. Les marins, semblant comploter, se dirigent vers la rue louche, qui nous est interdite. Que peut-il bien se passer ? « Secret militaire »…, dit mon père…

Aujourd'hui, « l'abri de la tempête » est une compagnie d'assurance, et l’épicerie–cordonnerie–boulangerie–crèmerie est une banque, mais mes souvenirs sont toujours bien là !



*le « pillaouer », en breton : le marchand de chiffons

'Années 50' … par Loïc

lundi 10 mars 2014

Une vidéo que toutes les femmes du Monde devraient pouvoir voir ...

<div id="fb-root"></div> <script>(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk'));</script>
<div class="fb-post" data-href="https://www.facebook.com/photo.php?v=288528987962775" data-width="466"><div class="fb-xfbml-parse-ignore"><a href="https://www.facebook.com/photo.php?v=288528987962775">Publication</a> de <a href="https://www.facebook.com/BrunoKillyourMind">Bruno KillyourMind</a>.</div></div>
 

samedi 8 mars 2014

8 mars ... Une journée de la femme.

Elle s'est levée ce matin, sans enthousiasme –ni feint, ni exagéré– et elle a accompli rituellement la routine quotidienne : petit déjeuner, toilette, je démarre ma voiture, « Oups, il faut que je pense à  faire le plein, si je ne veux pas faire les 10 km à pied ! » et elle s'est présentée au portail de son école. « Je suis de service de cour, il faut que j'aille prendre la clé… » et elle va attendre 8h50 pile pour ouvrir : avant, elle ne doit pas… 
Elle est venue plus tôt, car c’est jour de la dictée, et un bon quart d'heure lui sera nécessaire pour écrire le texte au tableau. Puis elle prépare les cahiers, corrigés hier soir avec, souvent, l'esprit ailleurs. Elle commencera par cela : les remontrances, les encouragements, les félicitations. Puis suivra, comme un long fleuve tranquille la journée de classe, réglée comme du papier à musique (même s’il y a, de temps en temps, des fausses notes). Elle la termine régulièrement trop tôt, cette journée, car les élèves ont trop bien compris, ou bien ils ont été trop zélés, ou bien…
Et c'est encore le cas aujourd'hui. Assise à son bureau, elle regarde sa montre : reste une demi-heure ! Alors elle se lève, et déclare : « Les enfants, je vois que vous avez tous terminé votre travail. Alors nous allons faire une révision, en grammaire, sur le rôle des pronoms.
Je vais tourner le tableau, Vous étudierez ce texte (mais oui, ci-dessus, ce texte que le monsieur vient de vous lire). Vous y remplacerez tous les « elle » par des « il », et vous expliquerez les différences…

mercredi 5 mars 2014

« Fabrique d'expressions stylées »


«  Fabrique d'expressions stylées »

Tu n'étais pas présent, Gérard à notre dernière séance de l'Écume des jours, et c'est bien dommage ! Tu aurais assisté à du pas banal ! Les tempêtes, qui persistent depuis plusieurs semaines à nous pourrir la vie, ont fini par avoir raison de notre salle du Quinquis, qui s'est littéralement envolée, mêlant aux nuages, dans de grandes brassées d’écume, tous nos mots éparpillésHeureusement, nous avons notre coffre-fort : notre blog* !

Jignorais - et les catastrophes font parfois découvrir des réalités qui se cachaient bien - que nous étions tous très curieux et curieuses : Aussitôt la découverte faite du désastre du Quinquis, nous nous sommes placés en colonne, sans prononcer une parole (puisque nos mots s'étaient envolés !) Et, tels les enfants de Hameln, nous avons répondu à un mystérieux appel, qui nous a conduits après plusieurs jours, par enchantement, du côté du Tyrol ou de la Suisse

Alors nous sommes tombés sur la FES pardon, la « Fabrique dexpressions stylées », un lieu magique. Personnellement, je n'ai pas été dépaysé, car cette maison (ou cette cabane) est telle un bateau, sans sol définitivement horizontal.

Un désaccord est vite survenu entre nous : La plupart pensent que nous sommes en présence d'un accident, dû aux violents vents montagnards, moi NON ! Je suis persuadé que de rudes gaillards de la région (ou peut-être un genre de korrigans locaux) ont construit ici sciemment cette cabane de cette façon, dans un esprit blagueur du type « chasse au Dahu », ou (et c'est bien mieux !) pour lancer un nouveau style, obéissant aux idées actuelles du « faire original avec les objets de récupération ». On fabrique bien, chez nous, des sacs à main avec des déchets de voiles et de cirés Cotten !

Nous nous y sommes installés, en tout cas (on prend vite habitude de savoir comment s'asseoir !) Et nous te donnerons de nos nouvelles
* :  http://ecumedesmots.wordpress.com/

lundi 3 mars 2014

"Quand la musique dérape" ...

 

Cette vidéo est intitulée "Quand la musique dérape". 
Mais je ne suis pas d'accord ! 
C'est quand la musique est en queue de pie-air inspiré, qu'elle dérape !

samedi 1 mars 2014

PLAGE

Plage

Ma chienne le sait,
Mieux que tout homme :
Tempête n’est pas morte
Quand Quarantièmes Rugissants
Hurlent encore.
Galets roulent aveugles,
Brume engloutit les pièges …
Viens te blottir, ma petite chienne,
La mer n’est pas méchante.