Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

jeudi 30 octobre 2014

Automne / Aŭtuno ...

Feuilles sèches d'un chêne du Japon (Quercus acutissima) dans l'arboretum John J. Tyler, en Pennsylvanie.  (définition réelle 2 100 × 2 000)
Feuilles sèches d'un chêne du Japon (Quercus acutissima)
dans l'arboretum John J. Tyler, en Pennsylvanie.

Automne

Averses
Urbaines,
Trombes 
Orchestrées,
Majestueuses 
Nuées 
Evanouies. 

esperanto :
Aŭtuno

lumoj
urbaj,
falakvoj
instrumentadaj  
sublimaj
nuboj 

malaperitaj.

dimanche 26 octobre 2014

Les disparus de Saint-Agil, ou de « l'Ecume des Mots » ?


L'île de Penfret, archipel des Glénan
 Penfret Insulo, insularo Glénan

Neuf ! Plus que neuf, à « l'Ecume des Mots » , ce mercredi ! Cela devenait bizarre et même inquiétant.
Depuis quelques séances, les thèmes et les sujets étaient, il est vrai, assez surprenants, et les participants se déclaraient désorientés.
Françoise avait levé le pied (si on peut dire) la première : Elle avait prétexté des ennuis articulaires, ou une mauvaise chute, pour s’éclipser vers un atelier ésotérique de remise en forme. En forme, d'accord, mais en forme de quoi ?
Elle commençait vraiment à nous manquer
Dany, ensuite, la semaine suivante : on l'avait vue arriver, au loin, sur son vélo habituel. Mais elle ne s'était pas arrêtée. Elle avait continué son chemin sur la piste cyclable, nous adressant au passage un gentil signe de la main.
Puis elle avait disparu, juste après le restaurant « Chez Hubert ».
Nous avons seulement su, par le marin aux sabots verts, vous savez celui qui guette toujours on ne sait quoi, assis sur les paniers à crabes du port de Beg-Meil, qu'elle avait dévalé vers le quai et avait continué vers l'île de Penfret, suivie par une haie de dauphins
Pour Gérard, enfin, c'était un peu différent : Il quittait souvent notre groupe un quart d'heure avant la fin, car il avait, disait-il, beaucoup de route jusqu'à Combrit. Connaissant le gaillard, je lai suivi, la semaine dernière : A Combrit (à Sainte-Marine plus exactement) un ancien abri de douanier, la « Maison Napoléon », garde l'entrée du port. Cette petite maison a été restaurée récemment. On peut y apercevoir à travers la petite fenêtre (si la lumière est bonne, et s'il n'y a pas de contre-jour) une bonne dizaine, déjà, de mots en écume. Gérard a été longtemps un grand fumeur de pipe et la pipe d'écume en écume de mer -  ça lui connaît.
Après chacun de nos ateliers, il enregistre et archive ainsi, avec patience - car il en faut, avec l’écume ! – nos trouvailles.
Au moins, pour lui, pas à sinquiéter : il m'a même promis qu'il nous ferait visiter son écumoire

E° :  

Mankantaj Saint-Agil aux "Ŝaŭmo Vortoj"?
Naux ! Nur naŭ el "Ŝaŭmo Vortoj" merkredo! Ĝi iĝis stranga kaj zorgodona.
Por kelkaj sesioj, temoj kaj aferoj estis ja sufiĉe mirinda, kaj partoprenantoj raportis desorientadaj.
Françoise estis prokrastitaj (por tiel diri) la unua: Ŝi ŝajnigis conjuntajn problemojn malbona falo gliti al esotera butiko taŭgeco. En formo, jes, sed kiel ... kio?
Estis vere komencis manki al ni ...
Dany tiam la sekva semajno, ni vidis okazi malproksime sur sia kutima biciklo. Sed ne haltis. Ŝi daŭrigis sian vojaĝon sur la bicikla vojon, sendante al ni la vojon belan ondo.
Tiam ŝi estis for, ĝuste post la restoracio "Chez Hubert."
Ni nur sciis per la maristo kun la maraj verdaj ŝuoj, vi scias kiu ĉiam scias  tie, sidantaj sur la krabo potojn haveno Beg-Meil, ŝi kuris al la doko kaj daŭrigis la Penfret Insulo, sekvita de vico de delfenoj ...
Por Gerard, fine, ĝi estis iom malsama: ĝi ofte forlasis nian grupon dekkvin minutoj antaŭ la fino, kiam li havis, li diris multajn vojo al Combrit. Konante la ulo, mi lin sekvis pasintsemajne: A Combrit (en Sainte-Marine, pli precize) iama rifuĝo kutimo, la "Napoleono Domo" gardas la havena eniron. Tiu malgranda domo estis lastatempe restarigita. Oni povas vidi tra la malgranda fenestro (se la lumo estas bona, kaj neniu tago-kontraŭ) dekduo jam vortoj en ŝaŭmo. Gerard jam delonge grandan pipon fumanto kaj meerschaum pipon - Meerschaum - ĝi scias.
Post ĉiu de niaj metiejoj, gravuras kaj arkivas kaj, kun pacienco - kiel devas, kun la ŝaŭmo ! - Niaj trovoj.
Almenaŭ por li ne maltrankvili; li promesis ke ni vizitus sian Tondilbekulon ...
Loiko

jeudi 23 octobre 2014

Humour(*) acrostichesque ...

Disparition
Isparition
Sparition
Parition
Arition
Rition
Ition
Tion
Ion
On
N ...

(*) : à vous de juger !

mardi 21 octobre 2014

La Fête de la Pomme, à Fouesnant

Scan.BMP
La Fête de la Pomme, à Fouesnant : Dégustations, Histoire(s) de pommes, ...

La "GRAND-ALEXANDRE"
"Grand-Alexandre" : grande, en effet, et grosse, puisque tu es impériale !
Une taille à la hauteur de ton destin ...
Tu passes par tous les rouges :
Rose de l'enfance, de l'innocence, de la pureté.
Rouge puissant, conquérant,
Rouge plus brunissant,
Celui de la rage,
De la colère réprimée des moujiks,
Visages gelés dans la neige.
Mais de la Grande Russie ... ne reste qu'un trognon !

samedi 18 octobre 2014

En route pour Corfou, en passant par la région historique de l'Epire

 En Epire : Après une étape à Preveza, petit port de pêche
(déjeuner dans une charmante auberge typique
où nous dégustons un merveilleux poisson), 
une curieuse rencontre lors de notre traversée vers Corfou : 
Un "élève-moine" (?) part en vacances sur l'île du paradis !

 LA carte postale de Corfou : Le (mini)monastère, où vivent seulement 3 ou 4 moniales.
Plusieurs personnes, à peine débarquées à Corfou, se posent la question : "QUI donc chantait "Roses blanches de Corfou ?" (Non, ce n'était pas Berthe Sylva !) :


 Après une bonne nuit à l'hôtel "Divani Corfou Palace", nous visitons l'Achilleion, 
palais de l'impératrice Elisabeth (Sissi)

 Sissi, une femme en avance sur son époque ...
et fervente admiratrice d'Achille !


 L'Achilleion

 Nous flânons des les rues de Corfou, pour acheter une robe ou un pareo
(en vue de notre prochaine escale :
les Météores, où ces accessoires sont obligatoires pour les femmes ...
Un magasin ecclésiastique, où l'on peut acheter un cierge de sa propre taille, 
pour remercier d'un bienfait.

mardi 14 octobre 2014

Vie de clown ...


Vie de clown…


Ludivine, dans son fauteuil –elle y passe une bonne partie de chaque journée– fixe le plafond, le regard vide, ou plutôt empli d'une tristesse résignée, qui semble coller à son visage à jamais. Sa maman Paola, régulièrement, remonte le mécanisme du tourniquet musical reçu en cadeau lors de son second anniversaire. Une vague réaction, imperceptible.

Elle aura sept ans ce soir. On ne sait même plus si elle-même le sait… mais maman a prévu : son sketch, le matériel, la petite chanson. Elle sait faire, maman. Elle a exercé  en école maternelle, avant de se résoudre à rester s'occuper de son élève désormais unique.

Elle va faire comme d'habitude. De toute façon, tout changement passe totalement inaperçu. Les mots, les gestes, les gags, seront des repères, rassurants. Mais le gâteau trône tout de même aujourd'hui, avec ses sept bougies. Pour le reste elle se fie à son instinct. Et puis, elle fait partie du Q.I., le groupe de théâtre « Quimper–improvisation »: ça aide !

Elles ont commencé leurs jeux convenus. Les yeux de Ludivine suivent lentement les gestes précis de Paola.

Soudain : la sonnerie tonitruante à la porte d'entrée. Tout se bouscule. Les yeux de l'enfant s’écarquillent, comme Paola ne les a jamais vus. Un clown, oui, un vrai, en costume, en grands pieds, en  nez rouge, en visage tout peinturluré, est entré. Il a tout compris, tout de suite, car les clowns c'est magique, ça comprend tout, pas comme les grandes personnes. Il a surtout compris son erreur d'adresse, mais il rattrapera le coup plus tard.

C'était un clown professionnel, de l'association « le clown médecin». Je ne dirai pas ce qu'il a fait, ce qu'ils ont fait, Paola et lui. Mais c'était magique, surnaturel.

Depuis, Paola a repris goût à la vie, la sienne et celle de Ludivine.

L'enfant, elle, n’effacera pas de ses lèvres son merveilleux sourire, et n’éteindra pas les étoiles dans ses yeux…

dimanche 12 octobre 2014

Intermède : "Une nouvelle fabuleuse"

L'atelier d'écriture "L'écume des mots" - http://ecumedesmots.wordpress.com/ a repris, 
et voici donc un intermède sous forme de "à la façon de Mme de Sévigné (excusez du peu !)

La consigne nous est donnée par Marie :

Cher Jacques,
Je profite d'un instant de liberté (en effet le travail se fait rare, ici) pour t’informer d'une nouvelle qui va certainement t’éblouir, t’abasourdir, te « sponter » comme on dit chez toi…
De ta Nouvelle-Calédonie, où tu dois effectuer encore quelques années de service, tu pourras, je l'espère, imaginer, te remplir les yeux, en les fermant et en rêvant.
Voilà : tu sais que, pour ma part, je suis, de naissance, amoureux de Brest, et tu ne cherches plus à comprendre pourquoi - et tu as bien raison.
Dans cette ville un projet fait débat, après, en son temps, celui du tramway : la construction d'un téléphérique qui relierait le centre-ville à un quartier qui appartenait au port militaire.
Je suis allé - mais qu'est-ce qui a bien pu me prendre ? - voir directement le premier magistrat de cette « Métropole Océane », car une idée avait surgi en moi, comme une vérité première, une évidence ! (comment n'y avait-on pas pensé plus tôt ?) Ce projet très local, fouesnanto-fouesnantais, permettra enfin aux touristes de regagner leur hôtel ou leur camping après la plage. Grâce à lui, les personnes âgées ou en situation de handicap pourront se rendre au centre-ville de Fouesnant (et même jusqu'aux centres commerciaux ) sans fatigue, sans appréhension de chute, sans devoir faire appel à quiconque :
Je peux t'annoncer que tu pourras, lors de ta prochaine venue au pays, monter de la plage du Cap-Coz à la place de l'église, grâce à un remonte-pente (un tire-fesses, si tu préfères) dernier cri.
Il ne te reste plus qu'à prévoir l'achat de patins à roulettes : je n'ai encore rien pu faire, concernant la neige, mais ça va venir…

jeudi 9 octobre 2014

OLYMPIE, et que la force soit en toi !

Nous visitons d'abord la ville et ses constructions audacieuses et judicieuses.

Le temple de Zeus
Le temple s'est effondré lors d'un tremblement de terre, les colonnes se sont désolidarisées en "rondelles".
En cet endroit précis on allumait la flamme olympique ...

Nous avons pu visiter ensuite le passionnant musée archéologique. (merci à Thierry Jamard)

dimanche 5 octobre 2014

THALASSA !

Dès que vous la voyez, vous ne savez plus si c'est la côte continentale que vous apercevez au loin, 
ou bien le rivage d'une île : 3000 !  

 à Tolo, charmante station balnéaire, notre hôtel "les pieds dans l'eau" ... (On se fait vite au changement quotidien de résidence !)
 28° le matin, 32° à 35° le soir, et 23° dans l'eau ...



samedi 4 octobre 2014

Ne pas "tourister" avec des bananes dans les yeux ...

Même si nous avons entrepris ce voyage dans le but premier de nous emplir les yeux  et les neurones des paysages et de la civilisation grecque, nous n'en oublions pas moins notre irréductible (heureusement !) côté militant, et nous ne nous limitons pas en questions auprès de notre guide, qui nous informe, de façon très honnête (le plus objectivement possible) sur la situation socio-économique du pays, ses causes, ses conflits, les solutions ... Cela provoque, dans l'autocar (mais une seule fois, et pas longtemps !) des discussions, les voyageurs n'ayant pas été spécialement choisis parmi qui ont les mêmes idées politiques ... !
J'ai remarqué (j'avais vu la même chose au Maroc) que bon nombre de maisons sont en "construction arrêtée". Il s'agit d'une façon - les crédits étant inabordables - de construire "quand on a renfloué son porte-monnaie" ...
Le coût de la vie est en Grèce sensiblement identique à ce qu'il est en France. Le salaire minimal (équivalent du SMIC français) est de 360€ ... Le salaire moyen est d'environ 650€ ...

On peut voir, même dans les petites villes un peu "loin de tout", ce genre de banderoles :

On peut y lire : "Festival antiraciste, antifasciste ..." 
Le souvenir de la dictature des colonels est vivace.

jeudi 2 octobre 2014

Il était une fois dans l'est du Péloponèse ...

Des "détails" qui ont leur importance (puisqu'on me les a demandés) : Notre chauffeur, Athanase (ou "Thanasis", en grec) conduit -très bien- un autocar de la compagnie de voyages grecque "L'Océane" (oui, un nom français !). Il est aussi, ce qui ne gâche rien, d'une gentillesse et d'une prévenance superbes, et adore la plaisanterie (même si les échanges sont assez réduits ...)
Un autre renseignement : Nous voyageons grâce au voyagiste (ou "tour-operator" pour ceux qui n'aiment pas notre langue) "Salaün-Voyages", qui a son siège en Finistère, près de chez nous.
C'est la première fois, en ce qui nous concerne, que nous faisons ce type de voyage, étant accoutumés au camping-car ... Mais ce voyagiste nous a donné entière satisfaction, en tous points de vue (publicité gratuite !)
Bon, la suite ... !
En Argolide

Un tombeau
Anne, notre guide, nous parle dans des écouteurs : très pratique !

Annie, en premier plan : "Même avec le chapeau, ça cogne dur !"





La "Porte des Lionnes", à Mycènes     Voir ICI


Les ouvrages de défense, à Mycènes, dont nous avons terminé la visite par la découverte de son musée.
A Naupli, se mêlent les restes vénitiens, grecs, et ottomans

Une mosquée, puis une église orthodoxe
Voir ICI


Richesse de l'intérieur d'une église orthodoxe

Un froissement de feuille s'entend du haut du théâtre d'Epidaure
Voir ICI

Non, Loïx, tu ne chanteras pas ! (c'est interdit, ici !)