Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

jeudi 30 août 2012

Intermède (eh oui, encore !) : la Vélorution à Concarneau !

14 juillet 2012. Pendant que les chars d'assaut défilaient sur les Champs-Elysées et que PSA annonçait un plan de licenciement massif, deux cents joyeux pédaleurs ont pris Concarneau et renversé la domination automobile. Aux cris de "les bagnoles à la casse, les vélos à leur place", ces vaillants vélorutionnaires ont aboli provisoirement les privilèges de la noblesse sur quatre roues qui, terrorisée, s'est embouteillée sur les autoroutes en tentant de fuir.


La vidéo, ICI

mardi 28 août 2012

26e et 27e jour : du Mont Aigoual au Pont-d'Arc.


Nous redécouvrons, le 9 juillet, le Mont Aigoual et sa station météorologique. Redécouverte, car nous avons déjà visité ce lieu, il y a « un certain nombre d'années », avec nos enfants, lorsque ... ils étaient des enfants ! Comme souvent lorsque l'on retrouve un lieu, nous avons l'impression que ce lieu a beaucoup changé, n'imaginant pas que ce sont en fait nos souvenirs qui l'ont transformé…




Et pour se rafraîchir ...

Voici Anduze, et Alès. Après un très bref arrêt à ce qui voudrait être une aire de stationnement pour camping-cars, en ville (nous ne nous attarderons pas sur sa description, ni surtout sur la taille de l'endroit et sa capacité d'accueil…), nous montons sur les hauteurs du site pour une visite de la mine-témoin. Pour nous mettre vraiment dans l'ambiance (plus, peut-être, que pour des raisons de sécurité ?) nous voici coiffés d'un casque, et en descente vers le carreau : une belle visite, bien documentée, vivante…




Nous avons gagné un bon repos (car il fait encore très chaud !), et nous gagnons la petite commune des Mages et le camping de Saint-Jean de Valériscle. Détente et repos total, à tel point que nous en oublions de fêter notre anniversaire de mariage !
10 juillet : Joyeuse ! Quel joli nom pour une ville ! Celle-ci nous accueille pour notre pique-nique.
Nous gagnons Vallon Pont-d'Arc par une route étroite, caillouteuse, à travers la garrigue : nous ne te disons pas merci, Monsieur du GPS ! (Mais il ne sait pas, lui, que nous somme en camping-car !) Sur l'aire de Vallon, nous sommes épuisés par la chaleur (un petit rappel : notre BB n'est pas équipé de climatisation…) : 37°, infernal pour des Bretons de l'Ouest…
De l'ombre, nous en trouvons tout de même en prenant la navette qui nous mène vers Pont-d'Arc : un paysage grandiose, mais quel monde (une véritable invasion de voitures) ! Et (révolte de notre part !) il faut encore payer ! Deux euros chacun pour pouvoir accéder à la rivière, dans un site qui fait pourtant partie de notre patrimoine national ? Long et épineux débat…



Une très agréable soirée en ville de Vallon Pont-d'Arc : le festival « Mômes et merveilles » s'y déroule.
Nous y rencontrons un « Breton antillais », étudiant de Rennes, qui se plaint beaucoup, non pas de la chaleur, mais de l'impossibilité, dans ces étranges contrées, de se procurer du beurre salé ! Nous compatissons, évidemment…

samedi 25 août 2012

Avant de quitter cette région : une vidéo sur les beaux sites de Midi-Pyrénées

A la moitié du tour du « Grand Sud » de la France : deux jours dans les Cévennes méridionales.


Le 7 juillet, nous quittons Lunas pour une belle visite des Cévennes méridionales : Lodève, 


Avèze, et enfin Le Vigan. Nous avons été surpris, dans ce parcours, d'enchaîner plusieurs fois les montées et les descentes dans les vallées et sur les Causses, empruntant parfois des routes un peu « limites » pour un camping-car !



Les sites du cirque de Navacelles, de Montdardier : époustouflants.
La « Guinguette du pont vieux », à Avèze (un camping au personnel chaleureux, très accueillant) nous a accueillis durant deux nuits, signe que nous nous y plaisions !


Son propriétaire nous a conseillé - et il a très bien fait ! - de faire le parcours à vélo de la Voie verte, vers le viaduc.



Le 8 juillet : par cette chaleur, laissons donc nos vélos et de chaussures de marche au repos, et… en route pour la visite du Musée cévenol, au Vigan. Alors que nous lui demandons notre chemin, une femme nous indique aussi qu'une statue de Coluche a été élevée près de l'Hôtel de ville.




Au Vigan, sur une place inondée de soleil, le siège du PCF

à notre arrivée au camping d'Avèze : On nous attendait !

Le mas, près du camping "la guinguette du Pont vieux", à Avèze

Rafraîchissement garanti, dans l'Arre

Le vieux pont, au Vigan

Vu du Musée cévenol

vendredi 24 août 2012

23e jour : dans l'Hérault, en juillet, il fait chaud !

« Bretons typiques », nous ne sommes pas du tout habitués aux fortes chaleurs ! Et cette journée du 6 juillet… nous allons être servis !
Olargues : un castrum, sur les hauteurs d'un très joli village, où nous avons réussi… à nous perdre, en crapahutant pour atteindre les ruines. Mais de là haut, quelle vue !



Olargues fait partie des "plus beaux villages de France".
Pour en découvrir d'autres : 

Puis nous quittons ce lieu historique pour nous rendre à Avène, station thermale très accueillante.


Nous descendons vers Lunas, un village niché au bord du Gravezon, nous profitons d'une belle promenade, puis de l'aire de camping-car bien située près d'un centre nautique.




Jean Théfaine, vous connaissiez ?

Jean Théfaine est mort.

jeudi 23 août 2012

22e jour : en Montagne Noire.


Cap à présent vers le Nord-est : Nous aurions bien voulu faire une "halte-cassoulet" à Castelnaudary, jolie ville, d'accord, mais où s'arrêter en camping-car ?… 
Nous continuons donc notre route, et nous arrivons, encore par hasard - décidément !- à Montolieu, cité du livre et des arts graphiques. Nous connaissions déjà, en Bretagne Bécherel, et, près de Bourges, la-Charité-sur-Loire, ainsi que Montmorillon : Montolieu va donc s'ajouter à notre liste, jolie petite cité ancienne, amoureuse du papier, des vieux papiers, et de l'écriture. 

Nous y guérissons notre frustration de Castelnaudary : Nous nous jetons goulûment et néanmoins très « gastronomiquement » sur un merveilleux cassoulet, au restaurant - le bien nommé - le « Marque-pages ».
Nous apercevons ensuite, de loin, les ruines du château de Saissac.

Nous occupons une bonne partie de l'après-midi à la visite du moulin à papier de Brousses-et-Villaret, halte très agréable dans un cadre verdoyant, avec un commentaire pédagogique très vivant. 

Mais quelle route ! Annie s'accroche souvent à son siège, sur ces routes étroites…
Il ne nous reste, pour terminer notre journée, qu'à rejoindre Mazamet, de l'autre côté de la Montagne Noire. Nous y faisons la rencontre d'un couple de Parisiens, revenant du Portugal dans un « fourgon aménagé » bien rustique, mais aussi sympathique que ses propriétaires.
Plaisir d'aujourd'hui à présent : nous retrouvons le cours de nos photos, avec celle-ci, prise la veille du marché : un trompe-l'oeil, au centre-ville de Mazamet.



mercredi 22 août 2012

21e jour : Vive le vélo !

Nous nous offrons, en cette matinée du 4 juillet, comme les coureurs du Tour de France, du repos ! Une bonne matinée sans rien faire…
Quittant L'Isle-Jourdain, nous voici à Villefranche-de-Lauragais, puis nous évitons Toulouse par le sud en traversant Muret, et nous faisons une halte pique-nique à Auterive.

Carte postale ancienne, légendée : La Haute-Garonne - Le Lauragais - 
    Vue générale d'Avignonet près
    Villefranche de Lauragais. On aperçoit une partie de la route, et quatre
    arbres qui la bordent. Plus loin dans un pré, un mûrier. Le cœur
    du village est situé sur une petite colline et l'église domine. Au
    pied de la colline, quelques maisons.
Voici Avignonais-Lauragais : ici, les eaux se partagent, choisissant ou l'Atlantique ou la Méditerranée, et on peut rendre hommage à Pierre-Paul Riquet, qui a supervisé la construction du canal du Midi.


Notre salutation à cet homme a consisté en une jolie promenade à vélo, le long de ce canal, sur une piste cyclable bien arborée et bien ombragée. Malheureusement, sur trois ou 4 km (nous en avons fait une quinzaine), l'autoroute se fait bien trop entendre, proche de quelques dizaines de mètres seulement… Mais : qu'est-ce qui serait le plus facile à déplacer l'autoroute ou le canal (sans oublier la voie ferrée !) ?

http://www.canaldumidi.com/



ANNEXE : un dossier"Cathares et catharisme", ICI

lundi 20 août 2012

20e jour : traversée du Gers.

Ce 3 juillet, nous quittons Saint-Puy, n'oubliant pas de laisser un mot de remerciement dans la boîte à lettres de l'aire de stationnement (très bonne idée de la municipalité !).
Nous arrivons par hasard (nous adorons le hasard !) à Fleurance le jour du marché : un grand marché, qui occupe tout le centre de la ville.

Nous nous attardons principalement dans la partie « alimentaire ». Dans les halles, ô merveille : de l'accordéon diatonique ! Le groupe Broumetch se produit, à notre grand plaisir, et nous nous procurons bien sûr un CD souvenir (qui va peut-être me servir dans quelque temps pour progresser…).


Voici Auch, chef-lieu du département. 



Sous une forte chaleur, nous nous attaquons à l'escalier monumental, saluons d'Artagnan au passage, et nous nous offrons en récompense de notre effort la visite de la cathédrale imposante. Un repas au restaurant s'impose ensuite, pour nous revigorer, puis nous visitons les petites rues du quartier médiéval.
Ensuite : L'Isle-Jourdain propose son musée campanaire, et son apparence que je nomme « ville Achille Talon » : si vous connaissez le personnage et les représentations de son lieu d'existence, vous admettrez que l'on trouve en France un certain nombre de petites villes qui en sont l'image (à moins que ce soit l'inverse…).


Au camping municipal de L'Isle-Jourdain, nous continuons, bien malgré nous, dans le style « bandes dessinées », car nous tombons sur le personnage du type Séraphin Lampion (dans Tintin) : « Je sais tout, je vais tout vous dire, même et surtout si vous n'avez rien demandé ! » Il s'est même occupé de mesurer la longueur de notre camping-car, venant presque nous marcher sur les pieds pour qu'on lui fasse la place ! Il insistait aussi pour que nous déplacions notre BB, pour mieux recevoir la TV ... que nous n'avions nullement l'intention de regarder ! Enfin, puisque, sans doute nous avions l'air de ne pas nous plaire dans le Sud, il nous a gentiment offert le guide des aires de camping-cars ... dans la Meuse ...
Bon, passons, des personnages comme cela, on en trouve assez souvent mais on les oublie vite...

dimanche 19 août 2012

Petite parenthèse ... : Voyager en camping-car.

Nous vadrouillons en camping-car, comme les "jeunes retraités" dont il est question dans la vidéo ci-dessous.


Voici le modèle qui nous mène depuis 3 ans : Le Bürstner Nexxo T660 (sur châssis Ford) :


C'est tout à fait sa description, à quelques détails près, comme celui-ci : Le nôtre n'a pas la "clim" ... !

samedi 18 août 2012

19ème jour : Quelle journée, quelle richesse !

Un des avantages du « camping-carisme » est cette sorte d'improvisation quotidienne, en dehors de toute programmation (la seule question de départ étant : "tournerons-nous à droite ou à gauche ?" !).

La Ténarèze est sans doute une des contrées les plus intéressantes du département du Gers, que nous a d'ailleurs conseillée la gentille dame de l'Office de tourisme de Fourcès.

Ce 2 juillet au matin, nous traversons assez rapidement Condom, car (l'aviez-vous remarqué ?) depuis quelques jours nous évitons presque systématiquement les villes, même si nous nous promettons d'y revenir, Condom « méritant certainement une visite approfondie », comme on dit dans les dépliants touristiques.
Nous consacrons la matinée à la visite de la merveilleuse abbaye cistercienne de Flaran : Les images, ici encore, parlent mieux que tous les discours.

 Nous avons eu le plaisir de nous retrouver un petit peu dans nos anciennes fonctions, au milieu d'un groupe de jeunes enfants en sortie pédagogique. Leur guide mérite un grand coup de chapeau, ayant réussi à les intéresser aussi longtemps ! Annie, qui n'est pourtant plus une enfant depuis un certain temps, s'est également beaucoup amusée aux bornes interactives proposant des jeux de toucher, de sensations olfactives, et a même tenté de répondre à toutes les questions ! avec succès, bien sûr.

En parallèle à cette très intéressante visite historique et culturelle, l'abbaye de Flaran propose une très intéressante exposition de peintures… Nous terminons notre étape par un pique-nique sur place, dans le calme du grand parc…
Puis voici le village fortifié de Laressingle, souvent nommé « le Carcassonne en miniature ».


De jolies routes nous mènent ensuite à la villa gallo-romaine de Séviac (elle possède des mosaïques monumentales, des thermes et des vestiges d'hypocaustes). Une « puella » romaine nous fait profiter, en compagnie d'un groupe de retraités parisiens, d'une visite accompagnée, de façon passionnée et passionnante. À proximité de Séviac, Montréal-en-Gers (« Mon Dieu que ça montait ! »), jolie bastide.


Et, encore le hasard… : Nous découvrons Saint-Puy, lors de notre recherche de bivouac. En plein centre du village, une aire de camping-car est aménagée, dans un cadre très sympathique et accueillant.

 Selon notre habitude, nous faisons le tour du village à pied : une fête se prépare ! Il s'agit d'une rencontre mensuelle, mi fête des voisins, mi fête de la musique, à laquelle nous sommes très cordialement conviés ("on apporte son manger !" ! Nous nous trouvons ici en plein coeur du Gers, dont la réputation gastronomique va encore être vérifiée, ainsi que ses traditions d'accueil, à une table très conviviale et très festive…
Il ne nous reste plus, à la fin de cette journée bien chargée et si enrichissante, qu'à nous mettre « dans le sens du long », pour digérer… 

jeudi 16 août 2012

18 ème jour : Des Landes à la Ténarèze.


Nous reprenons aujourd'hui le cours de nos pérégrinations, mais cela se fera hélas sans nos photos : elles ont été effacées par erreur, elles couvraient une période de cinq jours… Nous aurons donc recours, plus que d'habitude, à nos souvenirs et surtout aux dépliants touristiques que nous avons collectionnés...

Fichier:Labastide9.JPG

Après Aire-sur-Adour, nous voici à Labastide-d'Armagnac, la première bastide (dans les Landes) que nous visiterons avant plusieurs autres dans le Gers. Nous avons eu la chance de tomber sur la préparation d'une fête médiévale, avec sanglier rôti à la broche au menu. Hummm !
Sur notre route, nous apercevons sur notre gauche, en pleine campagne, un panneau près d'un grand porche métallique : « Notre-Dame des cyclistes ». Là, un lieu hors du commun, une chapelle a été sauvée de l'abandon et de la ruine par un abbé, fan de vélo, qui a obtenu du Pape (oui, le Pape Jean XXIII !) l'autorisation de faire de cet endroit un sanctuaire. Il était évidemment allé demander l'autorisation, à Rome, puis à Paris pour celle du directeur du Tour de France ... à vélo !

Cette chapelle - ses vitraux sont l'oeuvre d'Henri Anglade - est depuis déjà plusieurs décennies le lieu de rendez-vous de milliers d'amoureux de la Petite Reine, cyclotouristes ou super-champions, qui y ont souvent laissé soit un maillot soit un vélo ou autre souvenir glorieux. Luis Ocana s'y est même marié ! Merci à notre guide, si disponible, si passionné, si chaleureux ! Nous laissons dans cet endroit bucolique un groupe de cyclotouristes, qui commence, après la visite, comme il se doit, un pique-nique plantureux...
Nous aurons le regret de passer assez rapidement sur notre halte à Barbotan-les-Thermes, qui ne nous a pas laissé une très forte impression (rues vides, ville quelconque).

Nous voici à présent en Ténarèze : Montréal sur Gers (nous y reviendrons), et surtout - nous y passerons la nuit - Fourcès, une splendide Bastide (qui présente la particularité d'être la seule Bastide ronde) : vieilles pierres, couleurs (même si le temps sombre a un peu nui à nos photos), visite de boutiques d'artisans…

Fourcés, seule bastide/castelnau rond de Gascogne 



Nous y achetons nos premiers souvenirs de vacances ! La « dame de l'Office de tourisme » nous reçoit royalement, car nous sommes - ce 1er juillet - ses premiers visiteurs ! Elle nous donne rendez-vous pour le lendemain, nous la retrouverons à Montréal sur Gers.

dimanche 12 août 2012

"Raconte-moi la mer" (Jean Ferrat)


Jean Ferrat - Raconte-Moi La Mer par cantalou7301


Un petit intermède, dans le cours de notre périple : la mer ...
Souvent, elle nous manque, lorsque nous nous en éloignons, car elle est partie intégrante de notre existence.

Une évocation magnifique de Jean Ferrat, "Raconte-moi la mer", puis ce que m'évoque ce mot "mer" : la mer, "la mienne !"

Raconte-moi la mer
Dis-moi le goût des algues
Et le bleu et le vert
Qui dansent sur les vagues

La mer c'est l'impossible
C'est le rivage heureux
C'est le matin paisible
Quand on ouvre les yeux
C'est la porte du large
Ouverte à deux battants
C'est la tête en voyage
Vers d'autres continents

C'est voler comme Icare
Au devant du soleil
En fermant sa mémoire
A ce monde cruel
La mer c'est le désir
De ce pays d'amour
Qu'il faudra découvrir
Avant la fin du jour

Raconte-moi la mer
Dis-moi ses aubes pâles
Et le bleu et le vert
Où tombent des étoiles

La mer c'est l'innocence
Du paradis perdu
Le jardin de l'enfance
Où rien ne chante plus
C'est l'écume et le sable
Toujours recommencés
Et la vie est semblable
Au rythme des marées

C'est l'infinie détresse
Des choses qui s'en vont
C'est tout ce qui nous laisse
A la morte saison
La mer c'est le regret
De ce pays d'amour
Que l'on cherche toujours
Et qu'on n'atteint jamais

Raconte-moi la mer
Dis-moi le goût des algues
Et le bleu et le vert
Qui dansent sur les vagues


-------------------------------

"Ma" mer

Longtemps, j’ai associé mes réactions, mes sensibilités, à la vie de la Nature. Et celle-ci était toujours seulement la Mer.

La mer « insouciante » : la plage, le soleil, les belles vagues s’écrasant sur les rochers… C’était pour moi à la fois agréable, reflet d’un mois de vacances, et superficiel, comme les campings, les ports de plaisance, dont je me sens totalement étranger.

La « vraie mer » : celle de mon père et de mes aïeux, qui ont tous travaillé pour elle. La mer des chantiers, de la sueur humaine, du mazout, du risque, la mer du labeur sous la pluie, dans le béton sombre et sinistre…

Et c’est celle-là que je préfère, bien sûr. Celle de l’affectivité, non celle du touriste. Mer du gagne-pain, nourricière mais exigeante, mer célébrée dans les chants des bistros…

« La mer n’est pas méchante », a dit Jacqueline Tabarly… Et il est vrai qu’elle a souvent entendu mes pensées qui vagabondaient lorsque, adolescent, je descendais au port de commerce, à mobylette, et restais, sous prétexte de pêcher le tacaud, rêvasser, tel Marius devant ses horizons.

Les miens ont disparu. Ou bien, ils ont tellement changé. Mais ma mer de Brest est toujours aussi accueillante et attentive.

Loïc

vendredi 3 août 2012

17ème jour : De l'Atlantique au pays de la bonne chère

Avant de poursuivre notre récit, une "mauvaise nouvelle" (même s'il en est de bien pires) : Un incident technique nous a fait perdre corps et biens toutes les photos prises du 17ème jour au ... 23ème !
Nous n'aurons donc que notre mémoire pour soutien, et aussi, bien sûr, les sites des régions et villes visitées ...
Le 30 juin, nous arrêtons le cap plein Sud (nous avons décidé de ne pas entrer, cette fois-ci, en Espagne) pour le plein Est. Voici donc le département des Landes (bien loin d'être l'étendue faite uniquement de pays plat et boisée de pins, que nous imaginions !).
Après la traversée de Dax, deux arrêts bien sympathiques : Montfort-en-Chalosse, et Saint-Sever.
Puis nous visitons la ville très animée de Aire-sur-Adour. La cause de cette animation : Un grand tournoi de pétanque (que l'on pardonne si je n'utilise pas la bonne appellation : ce jeu - ce sport - porte autant de noms que le nombre de régions où l'on y joue !)
Un bonjour particulier à la "gentille dame du magasin" qui nous a présenté Félicien, dont j'ai acheté la ceinture rouge ...


jeudi 2 août 2012

16ème jour : Biarritz


De Biarritz, j'avais le lointain souvenir (j'ai 60 ans ...) d'une étape sur la route vers l'Espagne, en 1967.
Une situation en amphithéâtre autour de la Grande Bleue, ses grandes vagues, ses grands immeubles, le Casino, le Rocher de la Vierge ...

mercredi 1 août 2012

Faisons le point ...

Du 18 juin au 30 juin : De Quimper à Biarritz, ce fut la première partie de notre "Tour de la France du Sud" (Pour nous, les Bretons, "le Sud" c'est tout ce qui se trouve "sous la Loire" !). La Loire (Liger", en breton), c'est le repère : en quelque sorte la frontière (ouh lala ...), là où les toits des maisons changent de couleur, de l'ardoise à la tuile, là aussi où presque subitement on ressent une plus forte température ! Là où certains disent "ça y est, nous voici en France" ...
Bon, j'arrête ma bébête provoc.
Et puisque c'est les vacances (pas pour tout le monde, mais), voici le cahier de vacances : reprenez le cours du voyage. Copiez-collez cette carte. Placez-y les noms des lieux cités. 
Nous ramassons les copies après la sieste (la nôtre).

Une semaine dans un autre monde (le Paradis ?)

 « Le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par une pratique de la nudité en commun qui a pour conséquence de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et celui de l'environnement. »