Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

lundi 23 mars 2015

Tout est relatif ...

Ma fille a pris le relais, pour ce qui concerne l'élaboration de l'arbre généalogique de notre famille, et elle adore tomber sur des perles comme-ci (un peu longue, mais avec un peu de persévérance sa lecture en vaut la peine !)
La question que je me pose (y répondrez-vous ?) :
Quels seront les préceptes des médecins, dans un siècle ? Car ... tout est est relatif, non ? Et ... c'est l'évolution (je n'ai pas écrit "le progrès" :  c'est vous qui voyez !)
En tous cas, amusez-vous bien !


INSTRUCTION
CONCERNANT L’HYGIÈNE DE LA FAMILLE 

(Livret de Famille - 1912)

1 Hygiène de la femme enceinte
1. Toute femme enceinte doit pour la première fois se faire examiner par un médecin ou une sage-femme, au plus tard dans le courant du septième mois ;
2. Pendant la grossesse, il faut éviter les travaux trop pénibles, les exercices violents (danses, voyage en voiture non suspendue) et prendre le repos le plus souvent possible ;
3. On peut manger de tout son appétit, mais on doit user très modérément de vin, de café, de thé, et s’abstenir de liqueurs fortes ;
4. Les nausées et les vomissements que les femmes enceintes éprouvent peuvent être combattus par l’usage d’aliments froids, des boissons glacées, le jus de citron, l’eau gazeuse ;
5. Si les vomissements devenaient trop fréquents, il faudrait consulter le médecin ;
6. On doit se tenir autant que possible en plein air et ne pas séjourner trop longtemps dans les locaux occupés par un grand nombre de personnes ;
7. Les vêtements doivent être légers et suffisamment larges ; il faut éviter les refroidissements et porter un pantalon, surtout en hiver ; pas de corset, à moins qu'il ne soit très large, très élastique, muni de goussets bien évasés, jarretières peu serrées, chaussure large et à talons bas ;
8. Vers la fin de la grossesse, il faudra frictionner doucement le sein et le mamelon ; si celui-ci était incomplètement développé, il conviendrait de l’étirer légèrement chaque jour, ou d'exercer une courte succion ;
9. Ne pas prendre de bain avant le quatrième mois de la grossesse ; pendant les derniers mois, en prendre un par semaine ;
10. Ne pas veiller trop tard ni se lever de grand matin ; le sommeil est indispensable à la femme enceinte ;
11. Les envies non satisfaites de la mère n’ont absolument aucune influence sur l’enfant ; néanmoins il faut épargner à la femme enceinte le3 contrariétés et les émotions vives.

2 Hygiène de la Femme en couches
1. Elle a besoin principalement de deux choses : le repos et la propreté; on la placera donc dans une chambre la plus vaste et fa plus propre ;
2. Dès que la jeune mère est délivrée, il convient de la laisser reposer pendant dix ou douze heures sans trop la couvrir ; après quoi, on lui donnera un bouillon, puis dès le lendemain elle offrira le sein à l’enfant ;
3. En général, on ne doit pas laisser la jeune mère à la diète et il est inutile de la purger ;
4. Elle ne quittera le lit que sur l’autorisation du médecin ou de la sage- femme ; en tous cas, le premier lever ne doit pas avoir lieu avant le neuvième jour ;
5. Chaque matin on procédera à un lavage à l’eau tiède, on remplacera les linges souillés par des linges propres et on la peignera ;
6. Les coliques qu’elle éprouvera et qui reviennent par intervalle n’ont rien d’inquiétant ; mais si elle avait des frissons et une fièvre vive (chaleur de la peau, soif, fréquence du pouls), il serait prudent de consulter le médecin ;
7. Si les seins devenaient trop durs et présentaient un volume considérable, il conviendrait de les dégorger en faisant téter un enfant déjà fort, et dans ce cas, il conviendrait encore mieux consulter la sage-femme ;
8. Les mères qui nourrissent doivent manger à leur appétit et surtout des substances farineuses (pain, riz, pommes de terre, pois, fèves, lentilles). Elles feront bien de ne manger que très rarement des légumes ou des fruits acides (choux, choucroute, tomates, salades, oranges, citrons) et ne faire qu’un usage modéré de mets fortement épicés, de vin et de boissons alcooliques ; la bière légère et de bonne qualité convient beaucoup aux jeunes mères ;
9. Six semaines ou deux mois après l’accouchement, on voit souvent les règles revenir, surtout lorsque la mère ne nourrit pas son enfant ; à ce moment, elle doit garder le repos absolu ;
10. L’époque des relevailles doit être reculée si la saison est mauvaise ; la jeune mère ne doit pas sortir brusquement de chez elle pour se rendre à l’église ; auparavant elle doit s’habituer à l’action du grand air par quelques sorties de courte durée, et si les premiers essais de marche provoquaient quelques douleurs aux reins ou dans le bas-ventre, elle devrait garder encore le repos pendant un ou deux jours ;
11. Elle ne devra pas rester trop longtemps à genoux, pendant son séjour à l’église.
Hygiène de la première enfance
1° Soins à donner à l’enfant nouveau-né
1. Trois choses sont absolument nécessaires au nouveau-né : de la chaleur, de l’air pur et une nourriture suffisante.
2. Dès que l’enfant est né et pendant que la mère repose, on le lave dans l’eau tiède, on l’enduit d’un corps gras, huile ou jaune d*œuf, pour le débarrasser de la substance onctueuse qui le recouvre j puis on l'essuie avec des serviettes chaudes. On enveloppe le bout du cordon ombilical d’une compresse de linge lin et on le maintient du côté gauche du ventre à l’aide d’une bande qui fait le tour du corps sans le serrer et qu’on assujettit au moyen d’un cordon ; on passe une petite chemise courte à manches dépassant les mains et fermée par derrière par un cordon : puis une ou deux brassières en flanelle suivant la saison et munies également de cordons ; on enveloppe tout le corps en laissant les bras libres, d’abord dans un lange de toile qu’on glisse entre les jambes de façon à les isoler l’une de l’autre et empêcher tout frottement de ces parties, et ensuite dans un lange de flanelle ou de coton, suivant la saison, qui recouvre les jambes soigneusement réunies. Comme ce lange dépasse beaucoup la longueur de l’enfant, on le relève en le pliant par devant pour envelopper de nouveau la partie inferieure du corps, on le fixe par derrière. Ces pièces d’étoffe qui constituent le maillot, doivent être peu serrées et assujetties avec des épingles dites anglaises ou de nourrice, qu’on trouve chez tous les merciers. On complète l’habillement en mettant un ou deux bonnets, suivant la saison, et en plaçant un léger fichu autour du cou ; il faut bien faire attention de ne pas trop serrer le cordon qui retient le bonnet, et pendant les premiers jours on fera bien de le fixer sur le devant du maillot ;
3. Il est très dangereux de placer divers objets autour du cou ou des bras des nouveau-nés, tels que collier, scapulaire, médaille, porte- bonheur ;
4. Il faut absolument s’interdire de donner à la tête une forme particulière en la comprimant avec la main ou au moyen d’une bande ; on s’exposerait à rendre l’enfant idiot ;
5. Si les yeux étaient un peu malades, il faudrait sans retard consulter un médecin, car, faute de soins spéciaux, l'enfant pourrait devenir aveugle, surtout si on lui lavait les yeux avec de l’urine, comme cela se pratique dans certaines localités ;
6. Lorsqu’on retourne l’enfant, il faut que la tête suive les mouvements imprimés au corps, et pour cela on doit la soutenir avec la main ;
7. L’enfant étant emmailloté ne doit jamais être tenu verticalement, on s’exposerait de cette façon à le rendre bossu ;
8. Pendant les deux premiers jours de la naissance, et en attendant la montée du lait chez la mère, l’enfant peut être alimenté avec de l’eau miellée et tiédie, dont on donne une ou deux cuillerées à dessert tous les deux heures et selon ses besoins, en y ajoutant s’il le faut, un peu de lait ;
9. Pendant les premiers jours, la mère donnera à téter étant couchée sur le côté et non assise sur son lit ; après chaque tétée qui ne doit pas durer plus de dix à douze minutes, l’enfant doit être replacé dans son berceau, car il ne faut pas le laisser s’endormir près du sein ; la mère essuiera alors le bout du sein avec un linge fin pour enlever complètement la salive de l’enfant ;
10. On s’assure que l’enfant tette bien, en écoutant le glouglou qu'il produit en avalant ; avoir soin qu’il respire librement par le nez ;
11. Dès les premiers jours, il est très important d’habituer l’enfant à des tétées régulières : pendant le jour, la mère donnera à téter toutes les deux heures, pendant la nuit, entre 10 heures du soir et 6 ou 7 heures du matin, il ne faut donner à têter que deux ou trois fois ; mais cependant il faut proportionner le nombre de tétées aux besoins, à l’appétit et à la force de l’enfant ;
12. Il ne faut jamais réveiller l’enfant pour le mettre au sein à moins qu’il ne soit très faible et que son sommeil ne se prolonge au-delà de trois ou quatre heures pendant le jour ;
13. Pendant les six premiers mois, l'enfant n’a besoin que du lait de sa mère, tout autre aliment solide ou liquide lui serait nuisible ;
14. A partir de six mois, on peut lui donner une bouillie claire à l’eau ou au lait, préparée avec de la croûte de pain bien cuite et grillée au feu, cette bouillie doit être passée à travers un tamis ;
15. On commence par quelques cuillerées de cette bouillie claire, puis la quantité augmente à mesure que se prononce l’appétit de l’enfant
16. Jusqu’au sevrage, on ne doit lui donner aucun autre aliment, comme pain, gâteaux, viande, etc., exceptés cependant quelques potages bien dégraissés ;
17. Il ne faut jamais mettre entre les lèvres des enfants des suçons appelés nouets ;
18. Dans aucun cas, l’enfant ne doit coucher avec la mère ; pendant la nuit, il faut que le berceau soit placé devant le lit de la mère qui prendra facilement son enfant pour le faire têter et le remettra ensuite dans son berceau ; pendant la nuit une veilleuse devra être constamment allumée dans la chambre ;
19. Pendant le jour, on aura soin de placer le berceau à l’abri des courants d’air et de manière que les yeux de l’enfant ne soient pas exposés à une lumière oblique trop vive, mais qu’ils reçoivent le jour directement en avant ; sans cette précaution plus tard, l’enfant pourrait loucher ;
20. L’enfant devra être couché dans son berceau, tantôt d’un côté, tantôt de l’autre ;
21. Le berceau ne doit pas être placé à terre ; il sera plutôt à jour qu’à parois pleines ; il contiendra une paillasse remplie de balles d’avoine ou de varech sur laquelle on étendra une couche recouverte d’un feutre absorbant ; on y déposera l'enfant emmailloté, ayant la tête soutenue par un petit oreiller rempli de balles d'avoine ou de crin, et on le recouvrira avec une couverture de laine ou de coton suivant la saison ; en hiver on placera une boule d’eau chaude aux pieds de l’enfant ; les rideaux, qui sont plus nuisibles qu’utiles, peuvent être tolérés, à la condition d’être très légers ;
22. Le contenu de la paillasse sera renouvelé au moins tous les mois et les différentes pièces de couchage seront chaque jour aérées, séchées et exposées au soleil ou à la chaleur d’un foyer ;
23. Chaque matin la toilette de l’enfant doit être faite avant la mise an sein ou le repas. Cette toilette doit se composer 1° d’un bain tiède de 5 à 6 minutes ou bien du lavage à l’eau tiède du corps et surtout des organes génitaux qui doivent être tenus propres ; 2° du nettoyage (avec de l’eau de savon tiède et une brosse) de la tête, sur laquelle il ne faut laisser accumuler la crasse brune qui s’y forme et qui, loin d’être utile à la santé de l’enfant, comme on le croit vulgairement, est au contraire très nuisible ; 3° du changement de linge : la bande enroulée autour du ventre pour maintenir l’ombilic (nombril), doit être maintenue pendant les premiers mois ; on la ramènera donc à la même place si elle venait à glisser et on changera si elle est mouillée ;
24. Si les cuisses et les fesses devenaient un peu rouges, il suffirait de saupoudrer ces parties avec de l'amidon en poudre, après les avoir lavées et bien séchées ;
25. Il faut bien se garder de laisser crier trop longtemps les nouveaux-nés, surtout les garçons, cela les exposerait à avoir une hernie : mais il ne faut jamais les bercer pour les endormir ;
26. On renouvellera souvent l’air de la chambre du nouveau-né en ouvrant les fenêtres vers le milieu du jour ;
27. On le fera sortir de la chambre le plus souvent possible ; l’air de la campagne convient aussi bien à la jeune mère qu’à son enfant ;
28. En cas de grossesse présumée, la mère devra progressivement cesser l’allaitement pour ne pas compromettre la santé du nourrisson;
29. En cas d’insuffisance du lait de la mère ou de fatigue ou de maladie de celle-ci, on peut après les deux ou trois premiers mois d’allaitement, et même plutôt dans certaines circonstances, alterner les tétées deux ou trois fois dans les 24 heures, avec l’allaitement artificiel. Maison devra avant de prendre cette détermination consulter un médecin ou une sage- femme.

2° Du Sevrage
1. En général, on ne doit commencer à penser au sevrage qu’après la première année d’allaitement au plus tôt dans les départements du Nord, et beaucoup plus tard dans ceux du Midi. Bien qu’il soit toujours utile de prolonger l’allaitement, surtout pendant le travail de la dentition, on est quelquefois contraint de l’abréger ; c’est lorsque- le lait de la mère ou de la nourrice devient insuffisant ou perd de ses qualités nutritives sous l'influence de la fatigue, de la maladie, du retour des règles, etc., et c’est aussi lorsque l’enfant supporte mal le lait et est pris d’accidents des voies digestives ;
2. En général, il ne faut sevrer ni avant la sortie des dix ou douze premières dents, ni pendant une éruption dentaire active, ni au moment d’une indisposition de l’enfant. C’est dans l’intervalle de calme qui sépare les poussées dentaires que le sevrage peut être commencé ;
3. II vaut mieux opérer le sevrage pendant les saisons à température modérée, le printemps ou l’automne, il faut absolument s’en abstenir pendant les grandes chaleurs de l’été et les grands froids de l’hiver ;
4. On commence le sevrage en cessant à donner à têter pendant la nuit ; puis au bout de quelques semaines, on suspend tout à fait l’allaitement après avoir habitué petit à petit l’enfant à des aliments supplémentaires, tels que les potages légers avec le lait ou le bouillon ; on y ajoutera ensuite des œufs frais, du pain trempé dans du jus de viande, des légumes farineux ; mais il ne faut pas permettre l’usage de la viande devant l'éruption des premières grosses dents, c'est-à-dire à la 20e ; jusque-là on doit se borner à l'usage des soupes et des aliments mous
5. Le sevrage progressif n’exige pour la mère que certaines précautions et une légère modification au moment où elle cesse complètement d'allaiter : quelques purgatifs, des tisanes diurétiques ou acidulées, queues de cerises, chiendent, pervenche, canne de Provence, etc., etc. ;
6. Les dents qui commencent à paraître vers le 5e ou 7e mois provoquent une abondante salivation qui nécessite l’emploi d'une bavette des le 3e mois de la naissance ; cette bavette doit être souvent changée ; sans cette précaution, le menton, se trouvant constamment en contact avec la salive, pourrait devenir le siège de gerçures douloureuses pour l’enfant ;
7. Le désir que l’enfant éprouve pour mâcher peut être satisfait en lui donnant tout bonnement une racine de guimauve sèche à mâchonner à sa fantaisie et qu’on suspend à son cou ;
8. Il ne faut pas promener en petite voiture les enfants nouveaux-nés ; mais si plus tard on emploie ce véhicule, on devra surveiller constamment la position de l’enfant ;
9. L’usage des ceintures de lisière, des chariots à roulettes pour habituer les enfants à marcher est inutile et peut même les rendre boiteux;
10. Il faut qu'à l’âge de dix mois ou un an, l’enfant soit abandonné à lui-même sur un tapis ou sur une couverture: il commencera par se traîner, puis marcher à quatre pattes et bientôt, en s’appuyant aux objets placés à sa portée, il se redressera et fera quelques pas.
11. Il est bon de peser de temps en temps les jeunes enfants pour s’assurer que leur croissance s'effectue régulièrement ;
12. Il est indispensable de faire vacciner l'enfant dans les trois premiers mois qui suivent la naissance, ou même plus tôt s'il règne une épidémie de petite vérole: le vaccin est le seul préservatif certain de cette maladie.

6 commentaires:

Martine85 a dit…

Une grande différence, dans un siècle on recommandera aux femmes enceintes de ne plus sortir dehors et de rester confiné à l'intérieur (le contraire) car l'atmosphère sera si polluée.....
Amusants ces conseils vus aujourd'hui et on s’aperçoit que la laïcité de l'état n'était pas de mise à l'époque.
Belle journée

Tizef a dit…

Et pourtant, 1912, c'est 7 ans après 1905 (séparation des Eglises et de l'Etat) ...

Jeanne Fadosi a dit…

J'ai lu avec attention. Il y a malgré tout des indications sages mais les autres ...
J'ai noté que le sevrage pouvait avoir lieu plus tôt dans le nord que dans le sud ...
et qu'il fallait prendre l'air

DD a dit…

Bonjour
Merci de ta visite sur mon blog
j'ai lu attentivement et d'autant plus que ma fille vient d'accoucher !
"le premier lever ne doit pas avoir lieu avant le neuvième jour" .... ohlala devait y en avoir des phlébites !!! lol !!!
Bonne journée

Tizef a dit…

Merci, et un grand bonjour à ton petit-fils ou ta petite-fille !
Aujourd'hui, la mère est debout très vite, et sort après 3 jours ...

Anonyme a dit…

Bonsoir Loïc,
Au fil de la lecture, je me suis souvenue voir ma mère emmailloter mes plus jeunes frères (dans les années 60) Ah, ah, les temps ont changé, tout de même...
Mima29