Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

lundi 9 décembre 2013

Adage





L’Adage …
A l’Archipel  de Fouesnant, le 22 janvier 2009.
Nous devons écrire un texte commençant par « Il était une fois », et contenant :
Une couleur – un personnage imaginaire – un animal – se terminant par un adage …

 
…………………………………………………………………

Il était une fois un korrigan, qui, entre nous soit dit, n’est pas du tout, du côté de Fouesnant, un « personnage imaginaire » : Allez donc faire un tour sur les dunes de Mousterlin, ce soir, pour voir ! Mais, en Bretagne, on aime le surnaturel, le merveilleux, et on mêle vite tout ce qu’on ne comprend pas à des opérations du Diable.
Or donc, ce korrigan, en ce début janvier 2009, menait sa ronde habituelle, près de Kleut-Rouz, où le vent glacial accentuait le violet de son visage. Il était sorti, par conscience professionnelle, malgré le froid qui confinait chacun chez soi, à l’abri des températures négatives depuis plusieurs jours. Mais il n’en pouvait plus, allait renoncer à continuer de hanter les lieux, quand il se prit soudain à sautiller, sautiller, d’une manière tout à fait inhabituelle chez lui, qui savait se tenir, tout de même. Il crut tout d’abord qu’il le faisait – tout bêtement – pour se réchauffer, puis il aperçut, dans l’obscurité, un point lumineux qui semblait le guider, et même l’ensorceler, pour le mener en une sorte de ronde folle : Une puce, aux yeux jaunes fluo, tels ceux d’une luciole, se dressait et s’agitait devant lui.
"Allez, suis-moi, diable de korrigan, dit une voix aigrelette, suis-moi, petit diable !"
Et ce benêt de lutin (comme tous les hommes, pense la puce !) se laisse embobiner, empaqueter comme un novice ... Le regard jaune l'hypnotise, le transcende mais l'annihile : Tout comme les petits enfants de Hameln, il s'avance vers la mer, n'entend plus que les murmures de la puce, et entre dans les flots, où il disparaît ...

à Malin, Malin et demi ! » …
Enregistrer un commentaire