Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

jeudi 23 février 2017

Les deux fenêtres.

Au musée de Pont-Aven, une exposition : "paysages de la Bretagne".
'Débit à Doëlan', de Pierre Bompart.
'Joël à la lecture', de Albert Clouard.

Les deux fenêtres.

"Toujours seul, le Mathieu… Et toujours à travailler. Il va y perdre la santé. Et surtout la tête, qu'il va perdre, moi je te le dis.
Moi, là, tu vois, je pense, de mon côté, à mon fils Joël. Encore et toujours. Mathilde était trop jeune pour mourir ..."
Les yeux du marin, perdus dans le vague, s'embrument de larmes. Jean, tout prêt de lui, est un taiseux. Ici on laisse la douleur parler. Les bars de marins sont des lieux où l'on s'extériorise publiquement mais sans bruit. On pousse une gueulante, parfois, et les copains comprennent.

Joël a trouvé un refuge et une évasion dans la lecture. Il a dû arrêter l'école car il va devenir soutien de famille. Il devra s'y résoudre, ça lui est tombé dessus comme une vague traîtresse. Son regard court du livre à la fenêtre. Il a presque fini le volume, il pourra bientôt en changer à la bibliothèque paroissiale, où il apprécie de pouvoir se blottir dans les paroles bienveillantes de Monsieur l'Abbé.
A chacun sa solitude, mais la mer est là, nourricière, tendre et compréhensive.
Elle est leur bouée, leur lien indéfectible et vital, leur communauté. Jean interpelle Mathieu : « Bon. Une dernière chopine, et on y va ».
Loïc

10 commentaires:

Claude Lepenseur a dit…

La lecture est un refuge, elle est aussi une évasion
Amicalement
Claude

Martine 85 a dit…

Je lu ton texte pudique mais fort avec émotion. Bon week-end

Tmor a dit…

Le syndrome du dernier pour la route...

Loïc Tizef a dit…

Tmor : C'est celui-là le pire, même si (surtout si ?) on ne doit prendre la route.

Quichottine a dit…

Il me manque un mot dans ton texte... mais il est si beau qu'on fait sans.
Merci, Loïc.
Beaucoup d'émotion en te lisant.
Passe une douce soirée.

Loïc Tizef a dit…

Merci pour ta vigilance, Quichottine ! ça y est j'ai remis les bars à leur place !

Fabrice Parisy a dit…

Bonsoir Loïc,
un texte de toute beauté. "À chacun sa solitude...", ces mots sont ceux qui continuent de résonner après la lecture, c'est tellement parlant... Et forcément émouvant.
Merci.
Bon weekend.
FP

dom a dit…

Les pouvoirs de la lecture sont de bonnes thérapies ...
Dure vie de marins.
Bon week end, avec un beau soleil, l'après-midi.
Gros bisoux, loïc

almanito a dit…

Un très beau texte qui fait écho au dernier que je t'ai commenté sur mil. On sens que le thème te tient aux tripes, les deux sont très forts.

Loïc Tizef a dit…

Merci, Almanito. On pourrait dire que j'aime la mer parce que je suis breton, "tout simplement". Mais c'est surtout parce que "le maritime" est toute ma vie et particulièrement mon enfance, qui y a baigné pour le meilleur et pour le pire ...