Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

dimanche 22 janvier 2017

Exil

Exil.

Il en a eu assez, le petit Leprechaun. 
Assez des histoires mille fois ressassées à son propos, assez de l'image folklorique surannée et surtout très touristique dont on l'affublait. Assez des pubs enfumés, des violons, des accordéons diatoniques, et des sempiternelles chansons patriotiques qui bouffent de l'Anglais à qui mieux mieux.
Alors il est parti. Il a fui la verte Erin, ses champs ceinturés de pierres, ses trèfle en écussons, ses pintes de Guinness, ses irish stews et ses traîtres whiskies.
Il n'a pas cherché longtemps : Breizh lui tendait les bras. La Bretagne, sa cousine s'était-il entendu dire. Aussi belle que sa terre, aussi fière, aussi indomptable.
Mais comment allait-il procéder… ? Il devrait lutter contre tout : la météo, les animaux sauvages, et surtout les hommes.
Thibaud Toulemonde, "Killarney"


Alors il se rendit à Killarney, choisi car il y était né et y avait passé son enfance (un dernier regret ?). Il y réunit des pierres, avec force courage, des milliers de pierres qu'il entassa, avec une rage et une énergie stupéfiantes, formant peu à peu un passage à travers le dernier lac avant la mer.
Alors là, il creusa. Nourri de ses espoirs et stimulé par son caractère farouche, il s'enfonçait dans les profondeurs. Un jour il sentit que le sol remontait. Il y jeta ses dernières forces. Evitant les gros blocs de granit il parvint enfin à la lumière, au sommet d'une petite montagne. Tout autour de lui, un paysage désolé, inquiétant, tel l'astre de la nuit, mais si beau.
Il descendit lentement, aperçut un panonceau, celui-là même contre lequel vous êtes actuellement appuyés : « Saint-Michel de Brasparts ».
Enfin s'éleva des tourbières une musique que le leprechaun connaissait : le son du diatonique et du violon…

Il fit souche dans cette région, et vous êtes certainement de ses descendants, les enfants.
Enregistrer un commentaire