Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

samedi 20 mai 2017

Re-connaissance

Re-connaissance.

Tu me le disais toujours, dès le moment où nous sommes entrés en vie commune : " Je serai ton amour, à vie ". Je plaisantais : " A vie ? ça y est, je suis condamné ! mais quelle condamnation, j'en redemande ! ..."
Et nous éclations de rire, et je cherchais ton visage, et mes doigts, se faisant les plus doux, s'infiltraient avec tendresse dans ta chevelure. Je te disais que tu étais si belle, tu me répondais "dingo, tu dis n'importe quoi !" et j'insistais, tentais en vain de m'expliquer, de te faire ressentir mes sensations, je bredouillais gauchement que "mes doigts avaient des yeux" ...
Elle ne s'est jamais plainte de mon handicap, "je fais avec" ... Et même, elle m'affirmait qu'elle finissait par l'oublier. Elle en parlait très peu, elle m'avait confié un jour qu'elle éviterait de faire la garde-malade, qu'au contraire elle m'apprendrait l'indépendance. Et nous étions très bien ainsi.
J'étais abonné aux "Donneurs de voix", je dévorais des livres-audios, le casque sur les oreilles. Mais cela nous séparait, créait entre nous une barrière très gênante. Et cela m'isolait du monde entier, pas seulement de sa présence.
Très souvent aussi, nous profitions, assis dans notre canapé, de la musique (douce, calme, notre préférée), main dans la main. Le jazz était aussi notre grand ami, notre complice, qui agitait nos doigts et nos pieds. Lorsque nous n'étions pas d'accord sur le rythme, nous nous serrions les mains plus fort, et nous nous enlacions.
Le "quelque chose qui ne va pas" dans notre vie devenait cependant de plus en plus présent, puis pesant, puis, certains jours, insupportable. Je l'évoquais avec elle, m'en plaignais, chose nouvelle qui la décevait et la rendait taciturne et même boudeuse Puis elle devint impatiente, agressive, allant même jusqu'à m'enjoindre de "faire des efforts" !
Un jour, elle rentra d'une de ses sorties en ville qu'elle s'octroyait pour souffler un peu, et m'informa qu'elle était tombée, devant la vitrine d'une pharmacie, sur une affiche qui présentait une nouvelle technique opératoire en ophtalmologie. Cette "nouveauté fracassante" pouvait aller jusque ... redonner la vue ou la donner aux aveugles de naissance !
Elle avait ri toute seule, faiblement, d'un rire triste. "Un rire de clown", pensa-t'elle. Pourquoi, de clown ? elle en parlerait à son psy. Encore un de ces remèdes-miracles pour fatigués du bulbe ...
Une semaine plus tard, elle n'en pouvait plus. Elle avait passé et repassé en boucle, surtout la nuit, les pages qu'elle avait dénichées sur Internet, à propos de cette révolution, elle m'en parlerait.
Sur le coup, je partis, comme elle, d'un rire fou, forcé, presque dément. "Tu te fiches de moi, tu es méchante, tu n'as plus de coeur , dis-moi plutôt que tu en as assez de supporter ma cécité, je comprendrai..."
Au fil des jours, cela se révéla de plus en plus crédible, grâce à des contacts, que j'avais acceptés, avec un des grands pontes de l'ophtalmo en France. A force d'explications, de "leçons d'oeil" (baptisées ainsi par moi-même ), de discussions longues, difficiles, enflammées même, ce chirurgien parvint à me convaincre. Et puis, je n'avais rien à perdre. Mais un secret espoir était né ...
Ce fut long : une série d'examens, des visites épuisantes, une préparation et des contacts avec un psychologue, et ... Vogue la galère !
Ce n'en fut pas une. Après une opération sans problème, et un court séjour d'hospitalisation pendant laquelle je fus placé - pour quelle raison ?- en chambre stérile, on m'annonça ... qu'Elle allait pouvoir entrer me voir !
Elle franchit la porte, m'aperçut de loin, et s'effondra, en larmes, me couvrant de baisers. J'hésitais encore à ouvrir les paupières.
Puis je la découvris. Mon coeur battait la chamade. Un ange. Pas d'autre mot. Un être irréel. la Beauté, telle que je n'avais jamais pu imaginer, Elle était très différente de celle que j'imaginais, et beaucoup plus belle ! ... Le silence dans lequel nous restâmes ce jour-là, enlacés, nous jetant un coup d'oeil de temps à autre, était béni, une de ces visions qui touchent au surnaturel.
Notre retour à la maison fut une fête débridée, nous étions fous, littéralement. Embrassant tout le monde, sans arrêt, nous riions, nous nous esclaffions comme des enfants, je buvais à grands seaux le "plaisir ordinaire" (paraît-il) de voir. Voir, tout simplement ...
Elle était tellement étonnée, émerveillée des modifications qui entraient dans nos vies, qui la bousculaient un peu, mais ... c'était tellement bon !
Nous nous redécouvrions, nous renaissions, nous étions, plus que jamais, fusionnels.
Le mois suivant, après un voyage "de noce" inoubliable, nous nous installâmes dans une existence légère, aérienne, évanescente, sur un petit nuage.
Les premières atteintes survinrent alors : ma vue se dégrada très rapidement, les résultats de l'opération étaient décevants. Le mal allait suivre son cours, inexorablement, m'avait avoué mon chirurgien.
Je décidai d'en prendre mon parti (ou alors était-ce parce que je savais que ce serait irréversible ?)
Un soir je l'enlaçai tendrement, fixant son regard que je pouvais encore percevoir, et lui déclarai doucement : "Tu sais, mon amour, je t'ai vue, je t'ai vue, tu entends ? et maintenant je peux m'en aller, excuse-moi. Ton image en tête, je peux mourir".

Loïc, sur une proposition de "ECRITURE CREATIVE", ICI.
"Voir, Naples, et mourir ..."


7 commentaires:

almanito a dit…

Une belle et forte histoire. Une histoire d'amour terriblement émouvante.

Claude Lepenseur a dit…

Très émouvant à lire, ce combat, cet espoir, cette joie et la fatalité
Amicalement
Claude

Tmor a dit…

Très beau texte qui en dit long malgré son format. Très juste.

Joseph Guégan a dit…

Bravo pour ce texte très émouvant.
Bon dimanche

Jeanne Fadosi a dit…

un texte magnifique, vraiment !

AG86 a dit…

Une très belle histoire, et très émouvante, surtout.
Bien à toi
Alain

sofia a dit…

très beau texte