Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

mercredi 10 mai 2017

L'abri du marin


L’abri du marin, à Sainte-Marine.
Un père conduit vers le patron de pêche son fils (12 ans) , pour l’engager sur sa « première marée » … Dialogue entre ces trois personnages.
……………………………….
 » – Non, non, père, je ne veux pas. Excusez-moi, père. Excusez-moi, mais j’ai peur …
– Comment ça, tu ne veux pas ? mais c’est la tradition ! J’ai suivi mon père, moi, et il avait suivi son père, et tu me suivras, je te prie de me croire ! Serais-tu un de ces enfants qui osent s’opposer à leur père ?
– Allez, Iffig, obéis donc à ton père. Je te promets une première marée pas difficile, tu sais.
– Je n’ai pas peur du travail, mais de la mer, Patron Yann-Vari !
– Mais on a besoin de toi, bonhomme, tout de suite et pendant toute la durée de cette guerre interminable, pour ramener la godaille et l’argent de notre vente. Il faut les nourrir, nos familles, et comment faire, par exemple, pour tes petits frères et tes soeurs, et ta maman ? Nous ne sommes plus assez d’hommes à Saint-Marine.
– J’ai peur, père, et je ne serais pas utile sur un bateau, Patron Yann-Vari. Je serais plutôt une charge, pour la pêche et pour la vie à bord …
– Une charge ? Je m’occuperai vite de te mettre au pas, moi ! Tout ce qui ne sert à rien à bord, c’est balancé à la flotte, et vite fait, tu sais !
– Je sais, Patron, que ce que vous dites est exagéré, et ce n’est pas de ça que j’ai peur. Trop de tontons, de cousins, de pères de mes amis, ont disparu. Je ne veux pas subir leur destin. Et … j’ai peur aussi pour toi, papa …
– Il le faut, mon fils. Nous t’aiderons, t’accompagnerons, t’encouragerons. Tu pourras compter sur nous, hein, Yann-Vari ? tu verras, ça ira. Tiens, commence donc par avaler ce coup de fort, ça ira déjà mieux. Et cours chercher ton barda, embrasse ta mère en passant, et … sur le pont ! T’es un homme, maintenant. Torche ton nez, donc, et va aider à ranger les caisses. « 
Loïc
Les abris du marin, Wikipédia : 
Association des Abris du Marin :

10 commentaires:

la griffe a dit…

faut suivre le père ,moi je n'ai jamais voulu que mon fils me suive ,mercredissime

Quichottine a dit…

On était marin de père en fils... il y a encore de nombreuses professions où les pères comptent sur leur fils pour leur succéder.

En tout cas, ta scène est bien menée. Bravo !

Passe une douce soirée.

Claude Lepenseur a dit…

Un métier bien dur, en lisant ton extrait il me revient les images du premier film sur la mer que j'ai vu, je devais avoir 7 ans et se film était projeté à l'école primaire, pas de cinéma dans notre petite vallée, et ce film en question était "si tous les gars du monde" histoire de marins parti à la pêche à la morue, la maladie, les tempêtes, les appels au secours, tout ressort dans le dialogue de cet enfant qui a peur de la mer
Amicalement
Claude

Azalaïs a dit…

On ne peut s'empêcher de penser à "A la pêche à la baleine " de Prévert

Jeanne Fadosi a dit…

un métier pas facile mais avouons que la manière que tu décris n'est pas pour encourager le gamin. Faire aimer ce qu'on fait est bien plus efficace.

Tmor a dit…

La mer c'est tellemetn de mystère, je le comprends... C'est pour cela qu'elle fascine autant.

Loïc Tizef a dit…

Pour Jeanne : C'était, hélas, la vérité il y a un siècle. Et même pire, parfois.

les Caphys a dit…

quel métier difficile et pourtant il suscite encore des vocations. En témoigne l'école de pêche à Etel

almanito a dit…

Une scène très réaliste, là non plus il n'y a pas si longtemps. Les Bretons ont bien donné à la mer et sont des exemples de courage.

emma a dit…

serre les dents, petit d'homme, et essaie de vivre