Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

mardi 21 mars 2017

Hortense TAVIDOU

"Je découvre l'encyclopédie de nos anciens".
Nous avons pêché au hasard trois syllabes dans un livre. Nous en avons fait un nom propre. Nous créons un personnage, et l'article de l'Encyclopédie qui le concerne.

TAVIDOU Hortense. Née vers 1815. Décédée en 1834. Poétesse–conteuse.

Hortense Tavidou est née au début du 19ème siècle dans les Cévennes, dans le village reculé de Fonduboa-l'Ostaire. Le travail à la ferme de ses parents, très difficile dans cette contrée, la contraint à prendre, à leur mort, la route de la ville. Illettrée jusque ses douze ans, elle parvint à s'instruire, alternant la location de ses services chez les propriétaires terriens, avec des passages dans les écoles où on voulait bien l'accepter. Très vite dans le département Hortense Tavidou fut connue et appréciée comme poétesse, puis romancière. Elle dut cependant préserver sa personne, et sa réputation, car elle se retirait fréquemment dans une clairière, après avoir affiché, auparavant un air mystérieux et un regard perdu dans le vague.
Elle avait fait son entrée en littérature en « brodant », disait-elle, sur les images et les histoires récurrentes de la bête du Gévaudan, qui occupaient tant de veillées : Il en naquit des poésies fantasmagoriques et ésotériques, empreintes de la sainte morale de l'époque. Elle reçut ainsi l'aval de tous les prêtres de la région, car elle participait à la bonne éducation de leurs ouailles.
Mais un jour de 1834, elle disparut subitement, à tout jamais, sans donner signe de vie, à dix-neuf ans.

Le mystère plane encore aujourd'hui. Chez les commères les langues vont bon train. Les plus anciens la nomment « Hortense la Gévaudamne »...

5 commentaires:

Claude Lepenseur a dit…

Avec les mœurs de l'époque cette jeune personne devait éveiller la réprobation d'une partie de la population et j'imagine que quelque justicier de la sacro sainte morale populaire ne lui ai réglé son compte
Amicalement
Claude

Tmor a dit…

Je découvre. Sacré univers. Le gévaudan un mythe. On n'en invente plus, on se contente de faire des Hoax et des canulars.

jill bill a dit…

Une vie pas toute rose mais malgré son jeune âge à sa mort a su lui donner de l'intéressant avec passion...

Loïc Tizef a dit…

Je suis étonné (et heureux !) de constater que l'on évoque cette jeune femme comme si ... elle avait réellement existé !
Loïc

almanito a dit…

Elle aurait pu exister, Loïc, on est pris dans ton récit et on a en tout cas envie d'y croire!