Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

samedi 3 décembre 2016

Une « brève de trottoir »



« Moi, je voudrais avoir moi aussi mon nom dans le journal sans avoir tué personne.
Comme lui : regardez-moi un peu ce zigoto …
-       -  Oui, il n’a que ça à faire, faut croire !
-        - Et encore, capable, encore en plus, de se faire payer, le mec ! quel culot !
-        - Mais … il faudrait au contraire le remercier, non ? Il nous fait un grand cadeau, une belle offrande.
-        - Un cadeau, cette planche aux dimensions d’un lit ? qu’il reste dans le sien, de lit, chez lui : le résultat sera le même !
-        - Un cadeau, je vous dis : Cet homme accomplit là un exploit.
-        - Un exploit ? rester à vingt mètres au dessus du sol, à nous lorgner, tu parles d’un exploit ! Il suffit de ne pas être sujet au vertige …
-        - Je parlais de la prouesse de nous faire oublier nos affaires courantes – si vitales, si indispensables -, nos obligations, nos courses effrénées vers un triste traintrain, et les automatismes qui génèrent et gèrent nos existences où le choix personnel et le libre-arbitre n’existent plus.
-        - Ah, tiens donc, vous êtes de son côté, vous ?
-        - Il ne s’agit pas d’être d’un côté ou de l’autre, mais, pour lui, de nous aider à parvenir à la communication, à la rencontre. Ce n’est pas une provocation, ni une protestation, encore moins une manifestation. Juste une interpellation. Gratuite.
-        - De « l’art », alors ? oh …et puis, nous, on s’en fout, après tout …
 - Mais regardez, regardez l’horloge : Je viens de passer une demi-heure ici, à l’arrêt. Je n’ai même pas vu que les aiguilles continuaient à tourner. Merci, monsieur. »


Paris : l'artiste Abraham Poincheval va passer sept jours perché à 20 mètres du sol

Lundi 26 septembre, Abraham Poincheval va s'installer pendant une semaine sur un mât installé sur le parvis de la Gare de Lyon. Un camp d'altitude en plein Paris pour changer de point de vue sur les hommes.




Enregistrer un commentaire