Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

mardi 16 février 2016

"Rendons à César ..."

Je voudrais aujourd'hui adresser un grand merci à Pascaline (ou Kaly), 
qui m'a appris que le poème ci-dessous n'est pas l'oeuvre de Pablo Neruda, 
idée largement répandue à tort, particulièrement sur le Net.
Ce poème est magnifique, plein d'espoir et d'énergie, un hymne à la vie.

Il meurt lentement
Il meurt lentement
Celui qui ne voyage pas,
Celui qui ne lit pas,
Celui qui n’écoute pas de musique,
Celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.
Il meurt lentement
Celui qui détruit son amour-propre,
Celui qui ne se laisse jamais aider.
Il meurt lentement
Celui qui devient esclave de l’habitude
Refaisant tous les jours les mêmes chemins,
Celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
De ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.
Il meurt lentement
Celui qui évite la passion
Et son tourbillon d’émotions
Celles qui redonnent la lumière dans les yeux
Et réparent les cœurs blessés.
Il meurt lentement
Celui qui ne change pas de cap
Lorsqu’il est malheureux
Au travail ou en amour,
Celui qui ne prend pas de risques
Pour réaliser ses rêves,
Celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
N’a fui les conseils sensés.
Vis maintenant
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !
Martha Medeiros

19 commentaires:

aimela a dit…

Merci de partager ce bien joli poème,J'ai fort à faire pour ne pas mourir lentement ( rires) Bonne journée

Margi Mond a dit…

Très beau poème. Une hymne à l'hédonisme. Vive la vie
Bonne journée.

Tmor a dit…

Très belle ode au mouvement à la curiosité et à la découverte. Un grand poète.

jill bill a dit…

Je connais ce poème pour l'avoir lu ici et là... merci côté auteur donc... Bon mercredi Loïc

Loïc Tizef a dit…

S'il t'a plu, j'en suis ravi, Jill Bill. Merci !

LADY MARIANNE a dit…

souvent sur le net on perd les origines en relayant-
une bonne chose de rendre à César-
un très joli poème qui m'étais inconnu-
bon mercredi-

emma a dit…

c'est fort beau de toute façon
et comme disait l'ami Georges "et à la grande rigueur ne pas mourir du tout"

Anonyme a dit…

Je suis obligée de me manifester moi aussi Loïc !

En plus tu me donnes l'occasion de relire encore une fois ce texte - un type de textes qu'il faut se garder sous la main. Ou même apprendre par coeur !

Bises de Kaly

Anonyme a dit…

je donne juste un avis très personnel, je n'apprécie pas ce texte.. je trouve cela lourd et sans émotion..
je préfère ce genre de poésie légère et sans ostentation sont toutes celles publiées par les éditions Donner à Voir.; par exemple
Marie Desmaretz dans l'été sorcier

" A m'en fendre les yeux
je prends
et je reprends
de ce bonheur étale.
Parfois
j'écris
contre l'épaule du soir..
parce qu'un oiseau
parce qu'un chèvrefeuille. "

bonne fin de journée
dilettante

Loïc Tizef a dit…

Chacun ses goûts, Dilettante ...
En tous cas ... une bonne pub gratuite pour les Editions X ... !

Martine 85 a dit…

J'ai relu avec plaisir ce poème, il est si vrai. Belle journée LP.

Martine 85 a dit…

Excuse moi de t'avoir appelé Louis Paul, j'avais ton blog et celui de Louis Paul ouverts dans mon navigateur, leur design se ressemblent et j'ai cru que cet article était de lui. Désolée Loïc.

Loïc Tizef a dit…

Aucun problème, Martine !
mais je n'ai pas trouvé où tu m'appelais ainsi ... !
Peux-tu me (nous) donner l'adresse du blog de Louis Paul ?
Loïc tout court

Claire-Cerise a dit…

Bonsoir Loïc. Je suis ennuyée car je n'aime pas trop ce texte que tu nous proposes. J'aime l'idée car elle est très juste, mais je n'aime pas sa formulation. Sans doute parce qu'il est présenté comme étant un poème et que je ne le ressens pas du tout comme cela. Pour moi, il n'est qu'une prose qui exprime la pensée de l'auteur, c'est tout. Je ne le trouve pas élégant. Il est très juste mais il n'est pas agréable à lire. Donc, je ne peux pas te dire que je l'apprécie puisque ce n'est pas vrai, mais je suis d'accord avec ce qu'il veut dire. Merci en tout cas de nous l'avoir présenté. Bizh Loïc.

Loïc Tizef a dit…

Je te remercie beaucoup, Claire, pour ce commentaire, et surtout il ne faut pas être ennuyée ! Au contraire : les commentaires sont là pour quechacun donne son acis, et le tien est, de plus, très bien exprimé, argumenté, enrichissant. Merci !

Alain Martin a dit…

Bonjour et merci de votre passage sur mon blog, c'est très gentil.
Je me suis absenté quelques jours et je tenais à vous remercier de votre passage.
J'ai lu le poème et je me serais trompé aussi.
Bonne et belle journée
Bien cordialement
@lain

Rafaël a dit…

Bonjour,
Cela fait toujours du bien de relire ce poème.
Dans la vie il faut vivre et non survivre,
il faut être et non paraître.
Profitons de chaque instant que la vie nous offre.
Carpe diem !

almanito a dit…

Qu'importe l'auteur, le poème est un hymne à la vie d'une grande force et de plus je ne le connaissais pas. Alors merci Loïc!

Loïc Tizef a dit…

Merci. à la vie, oh que oui !