Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

lundi 14 février 2011

Ma présentation, ou « We are the champions » ou "auto-satisfaction"...


 J'hésite à classer ce texte ... : rubrique "coup de coeur" (car je m'aime de plus en plus, cela tombe bien le jour de la Saint-Valentin) ou "humour" ... ? Aidez-moi ! 

Je vais me satisfaire, au sens premier du mot, c’est à dire me contenter, de choisir, très arbitrairement, les deux sens que l’on donne habituellement au mot « champion ».
Donc, je suis un champion, au sens grec, je suis un représentant. Je représente une version, parmi tant d’autres, de cette variété animale, dite « homme », de sexe masculin et d’âge moyen, vivant au début du XXIè siècle.
Je suis marié, j’ai deux enfants, je suis donc le champion typique de cette classe d’individus. En d’autres temps, une chanteuse à nattes, championne, elle, de la médiocrité, aurait clamé que j’étais le « petit garçon de champion moyen »…
Bon. Le champion de mon acabit, tel que défini ci-dessus par le sens premier du terme, se devait bien sûr d’être également le champion dans l’acception actuelle du mot, c’est à dire le meilleur, le hors-classe.. l’exemple qui nous vient immédiatement à l’esprit est évidemment, pour en donner la définition, celui du champion qui crapahute sur ses crampons, faisant le beau et le Dieu Pan devant les belles éplorées et les hooligans abrutis.
Si vous avez compris cette définition du mot champion comme étant la seule valable, vous faites sans doute partie vous-même de cette espèce de champions, et vous n’êtes pas de mon monde. Moi, je suis champion de l’inverse, champion de la contradiction, champion de la provocation. Je suis celui qui ose (dans sa tête seulement, pour l’instant, si vous permettez, car je suis aussi champion de la prudence) entrer dans un bar pour proposer une lecture de textes de George Sand à des gars assis devant un match de foot télévisé.
Je suis le champion des prises de tête internes, que je n’ai qu’avec moi-même : Ainsi, je suis sûr d’être gagnant. Ou alors, si je suis perdant, le champion que je suis a la décence et l’élégance de ne pas me le montrer… Merci, Moi-même !
Je suis donc le champion de la tolérance, de la vérité intrinsèque, du savoir absolu, car je ne reçois de contradiction que de moi-même.
Et encore… : seulement sur rendez-vous.
Enregistrer un commentaire